Retour dans la république : Alindao retrouve la quiétude et se reconstruit

Kangbi-ndara.info/ La reconquête progressive du territoire occupé par les différents groupes armés les cinq dernières années se poursuit en République centrafricaine. Après Bangassou, Kaga-Bandoro et Birao, les Autorités e place viennent de marquer fortement les esprits à Alindao de ses environs. 

S’il reste encore des efforts à déployer pour relier la capitale à plusieurs préfectures du pays faute de la dégradation avancée des infrastructures routières, il est actuellement possible de faire économie d’un temps précieux sur l’axe  Bangui-Bambari-Alindao.

Cette partie de la Centrafrique, hier difficile d’accès en raison de l’insécurité et du mauvais état des routes, a chaleureusement accueilli le 16 août dernier une importante délégation des autorités nationales, des partenaires étrangers au développement, conduite par le Chef de l’Etat Faustin Archange Touadera.

Entre autres perspectives qui s’offrent à Alindao via cette mission, le lancement du projet de réhabilitation des infrastructures administratives de la ville, sensiblement endommagées par la crise militaro-politique déclenchée en décembre 2012. Ce projet baptisé Londo Plus, lancé par le Président Touadera, s’affiche une aubaine pour plus de 500 jeunes désœuvrés de la localité.

Le Président Touadera a par la même occasion lancé la campagne de vaccination contre la poliomyélite et fait don d’une ambulance à l’Hôpital de District d’Alindao.

Pour la population d’Alindao et de ses environs, la visite du Président Touadera et de sa délégation symbolise la cessation des hostilités dans la localité. Une espérance reposant sur l’efficacité de l’Accord de paix et de réconciliation signé en février dernier à Bangui entre le Gouvernement et les groupes armés.

Cette brève visite présidentielle a marquée positivement la population d’Alindao, qui depuis 34 années n’a enregistrée aucune visite d’un Chef d’Etat. En brisant ce mur d’isolement, Touadera fait bonne impression dans la ville.

Alindao, sous-prefecture de la Basse Kotto, est occupée depuis plus de cinq ans par les éléments de l’Upc d’Ali Ndarassa. Elle a été en fin 2018 le théâtre d’un massacre humain  fortement dénoncé par l’Eglise Catholique et plusieurs associations défenseurs des droits humains dont Human Wright Watch.

Afin de rendre effectif la restauration progressive de l’autorité de l’Etat dans le pays, le Gouvernement centrafricain a déjà lancé les travaux de réhabilitation de l’axe Birao-Bria, très dégradé, afin de relier la république à elle-même en favorisant le libre-échange et le développement du pays.

La rédaction




Laisser un commentaire