5 mois de gestion de l’Etat : Djotodia toujours face à l’épineux défi de la sécurité.

Le Président de la Transition centrafricaine, Michel Djotodia ne persuade pas encore sur la maitrise totale de la situation sécuritaire en République  centrafricaine. Constat fait à l’issu de la conférence de presse qu’il a animée en présence du Premier ministre, Nicolas Tiangaye et du président du Conseil National de Transition (CNT) le 27 juillet à Bangui sous l’insigne du bilan de sa gouvernance en qualité du Chef de l’Etat centrafricain depuis le mois de mars dernier.

djoodia

C’est une première en République centrafricaine qu’un Chef d’Etat s’ouvre grandement avec la presse locale. Michel Djotodia innove et assure dans ce sens. Il a même séance tenante ré affirmé sa volonté de laisser la presse centrafricaine user de son indépendance rédactionnelle seulement dans le respect de l’éthique et de la déontologie journalistique.

Par ailleurs, les moments forts de cette conférence de presse ont été les échanges entre le Président de Transition et les professionnels des médias. A l’entrée de jeux, le Président centrafricain a été peu désarçonné par des questions écrasante posée sur la sécurité des centrafricains, de leurs biens ainsi et les sources de fonds alloués pour les réfections du Palais de la Renaissance et de l’Assemblée Nationale. Michel Djotodia, ayant perdu toute contenance, a répondu substantiellement que la situation est sous son contrôle. Mais nullement il n’a fait mention au récent massacre commis par des éléments de la Séléka dans un village centrafricain ayant couté  la vie d'environ cinquante centrafricains. De coq à l’âne il s’est débarrassé de cette question vertigineuse. Quant aux fonds de réhabilitation des deux grands édifices étatiques centrafricains actuellement en cours, le Chef de l’Etat a laissé entendre que « …vous devriez voir le Palais et l’Assemblée non comme de simples bâtiments mais comme des instituions. Puisque le Palais est la vitrine de notre pays il doit être présentable… ».

Le Président de la Transition centrafricaine n’a pu retrouver son sang froid qu’après les 45 premières minutes avec les désamorces nerfs du Premier Ministre Nicolas Tiangaye et du président du Conseil National de la Transition (CNT), Alexandre Nguendet. Toutefois, des blancs demeurent toujours sur de nombreux points en occurrence la situation économique actuelle de la RCA ; le respect des droits de l’homme ; l’actualité humanitaire, les problèmes de l’éducation ; la santé ; la  restructuration de l’armée et la reprise des activités dans les 16 administrations préfectorales.

Pour sept questions posées par les journalistes dont les pertinences vont de soi, le Président, le Premier ministre et le président du CNT ont pris trois heures de temps pour répondre. Toutefois, c’est avec le sourire aux lèvres que le Chef de l’Etat et les hommes de médias centrafricains se sont séparés après un buffet somptueux dans l’espoir de se rencontrer ultérieurement.

C’est la deuxième rencontre du Chef de l’Etat avec les journalistes centrafricains depuis la prise du pouvoir illégale par la coalition Séléka. Le premier a été le 3 mai 2013 à l’occasion de la journée mondiale de la liberté de presse quant-il a remis la modeste somme de 25 000 000 FCFA à la presse centrafricaine.

 

Kangbi-Ndara

Comments

comments




Laisser un commentaire