5 raisons qui prouvent que les Antis Balaka ne sont pas des milices chrétiennes.

Depuis leur révolte contre les envahisseurs de la Seleka, les Antis-Ballaka sont assimilés à une milice chrétienne. Tous, nous nous plaisons à le dire ainsi, mais connaissons-nous  vraiment cette organisation et son origine ? Pour essayer de mieux connaitre ce mouvement, nous avons trouvé certaines réponses. Voici en cinq points pourquoi nous disons que cette milice n’est pas une milice chrétienne.

  1. balakaConcernant son appellation et la  signification qu’on en donne. En realité, Antis-Ballaka devrait plutôt s’écrire « Antis Balle AK ». Hé  oui !! Ces hommes se disent invulnérables face aux balles des AK47 souvent utiliser par les zaraguina et les mbororo, d’où cette appellation. Du coup dans la traduction que tous se plaisent à dire « Antis machette » et tout à fait fausse. C’est « Antis Balle AK » au lieu de « Antis Ballaka ». Peut être l’intonation à l’oreille qui porte confusion.  
  2. L’origine de ce mouvement n’est pas avec l’avènement de la Seleka. Non ! Ce mouvement existe depuis des lustres dans le nord du pays pour lutter contre les coupeurs de route « Zaraguina » qui terrorise la population. Eux et les Zaraguina, et souvent les peuls « mbororos » sont des pires ennemis depuis toujours. Voila pour l’origine de ce groupe d’auto défense aujourd’hui devenu milice.
  3. La majorité des membres qui composent ce groupe sont des animistes. Ils se battent avec des moyens occultes, surnaturels. « Blindés » avec des fétiches et gris-gris  en tous genres qui sont censés les mettre à l’épreuve des balles et des coups de couteaux. Ils ont des puissances maléfiques qui se manifestent en eux.
  4.  Ils n’hésitent aucunement à enlever des vies humaines, mêmes des chrétiens, pour atteindre leurs objectifs. Des cas de rackettes, viols, violences, kidnapping et assignats des chrétiens sont fréquents dans les zones où sévissent les « Antis Ball AK ». Un simple numéro portant un nom  musulman dans ton répertoire de téléphone peut te couter la vie.
  5. Aucune confession religieuse n’a soutenu ce mouvement et eux aussi ne se revendique d’une confession religieuse.

Il n’est pas du tout normal de parler de milice chrétienne combattant la communauté musulmane du Centrafrique. C’est cette conception du conflit qui fait que la crise perdure et qui va faire émerger la haine dans le cœur des uns et des autres, augmentant ainsi les risques d’un génocide.

Yves WILIKOESSE  

Comments

comments




Laisser un commentaire