Partialité : s’il faut se débarrasser des forces internationales

Kangbi-ndara.info/ Décidément, la mission onusienne en Centrafrique la Minusca ne pourra accompagner la République Centrafricaine dans le processus de la paix telle que prescrit dans son mandat. Les accointances qu’elle a avec les Chefs des groupes armés en Centrafrique notamment la Seleka démontrent à suffisance l’agent caché des forces internationales entretiennent l’insécurité sur le sol centrafricain. Les combattants de la Selaka affirment eux-mêmes avoir bénéficié de l’appui de contingent Burundais de la Minusca à Sibut qui les aidé à s’enfouir à KaGa-bandoro. Les images de ce scenario témoignent les faits qui se sont produits.  

aaaaaaaaaaaaaaaaaaaLa stabilisation de la République Centrafricaine demeure un sujet à caution. C’est une véritable utopie qui se traduit dans les faits et l’attitude des forces internationales que l’on  voit dans ce pays.Des sources proches de Minusca nous ont fait état de ce qui s’est passé dans la préfecture de Kémo à Sibut, entre les Chefs criminels de Km5, la Minusca à travers le contingent Burundais sur place et les forces de sécurité intérieure. Selon les informations en notre possession avec les images à l’appui, éléments d’Abdoulaye Hissen ont été arrêtés par le contingent burundais de la Minusca à Galafondoà 50 km de Sibut. Ils ont été ramenés à la Base du contingent burundais de la Minuscaà Sibut qui les a pris en charge, à en croire nos sources à Sibut. Le convoi des criminels lourdement armés duKM5 qui ont bénéficié de soutien de la Minusca pour s’enfuir, laisse à réfléchir. D’après ces mêmes sources proches du dossier, personne des criminels en cavale ne s’est échappé. Ils ont été gardés à vue à la base de la Minusca à Sibut par le contingent burundais. Parmi eux, se trouvaient Abdoulaye Hissen, ArouneGaye etTidjani Hamid. Selon une source bien introduite, Abdoulaye Hissen a été tragiquement blessé durant les accrochages avec les forces nationales au niveau de Damara. Il serait en entrain de suivre des soins intenses à la clinique de la Minusca à Bangui, d’après les sources concordantes. Sur les images qui nous ont été apportées par les sources proches du dossier, dix éléments d’Abdoulaye Hissen dont Aroune Gaye se trouvaient à la base de la Minusca à Sibut avant d’être appuyés par le contingent burundais à continuer leur chemin vers Kaga-Bandoro. Ces sources ont fait savoir que les véhicules de ces bandes armées ont été immobilisés par les forces de sécurité intérieure lors de l’accrochage. Mais à la grande surprise de tous, les pneus de ces véhicules ont été changés permettant à ces hors-la-loi de prendre fuite. Contrairement à ce que veut faire croire aux Centrafricains, les images laissent croire que les chefs criminels du Km5 ont reçu l’aide de la Minusca dans ces événements. Ce scénario doit ouvrir les yeux des Centrafricains sur la mission des forces internationales en charge de la sécurité du pays. Les autorités burundaises et sud-soudanaises ont de part et d’autre leur raison de s’opposer l’envoi des casques bleus dans leur pays. Car, quoi qu’il en soit, la mission onusienne sème des désolations dans l’exécution de leur mandat. Le cas la République Démocratique du Congo avec la mission onusienne la Minusco doit interpeller chaque gouvernement sur le jeu des casques bleus déployés dans pays donné.

Au mois d’août dernier, des éléments de la Minusco ont été pris les mains dans le sec. Ils ont été interpellés quand ils fournissaient des armes aux rebelles dans la localité de Beni en RDC. EN Centrafrique, la Minusca qui a hérité de la Sangaris le comportement à la fois pyromaneet pompier, n’aspire pas confiance aujourd’hui à la population. Alors que la venue de la Minusca tout comme de l’opération française Sangaris était salutaire par la population qui a espéré en elle la protection, la Minuscadonne le dégout de sa mission qui fait du mal à la République Centrafricaine.Conformément au mandat d’arrêt, l’article 35, alinéa A et le point 3 du nouveau mandat de la Minusca prévoit l’arrestation et la remise aux autorités, conformément au droit international, les personnes responsables dans le pays de graves atteintes aux droits de l’homme et de violations graves du droit international humanitaire afin qu’elles puissent être traduites en justice.Mais la MINUSCA renverse la tendance pour protégerles grands criminels et bourreaux du peuple centrafricain, alors que sa mission est aussi de promouvoir les Droits de l’Homme et la lutte contre l’impunité.Elle est en contradiction avec son mandat selon lequel la Minuscaconcourt au rétablissement et au maintien de la sécurité publique et de l’état de droit, notamment en arrêtant et en remettant aux autorités centrafricaines, les personnes responsables de graves atteintes aux droits de l’homme et de violations graves du droit international humanitaire afin qu’elles puissent être traduites en justice. Force est de constater que la Minusca qui a hérité de la Sangaris le jeu ambigu dans sa mission, joue à la partialitévis-à-vis de ces criminels auxquels elle accorde de la valeur. C’est ce qui ne cache pas son agenda caché à entretenir l’insécurité en Centrafrique afin de justifier sa présence touristique dans le pays. L’assistance aux autorités centrafricaines dans la stabilisation du pays, à travers des mesures fortes telles que le DDRR, la Réforme du secteur de sécurité et la réconciliation nationale, a deux facettes. Appuyer les autorités centrafricaines d’un côté, et aider les leaders des groupes armés à commettre des forfaits schématise les actions que fait la Minusca dans l’ombre. S’il faut se débarrasser des forces internationales pour que la République Centrafricaine puisse retrouver la stabilité recherchée en comptant sur ses forces armées. Cette problématique doit faire l’objet de discussion sur le rôle exacte des forces internationales dans le pays.  Car malgré leur présence, les groupes armés continuent, sans être inquiétés, de régner en maître sur le territoire centrafricain.

Eric NGABA

 

Et vous, pensez-vous qu'il faut se débarrasser des forces internationales en Centrafrique?

Comments

comments




Laisser un commentaire