A Bossangoa les musulmans n’attendent que le camion qui mène « vers la sécurité ».

Les sujets musulmans de la ville de Bossangoa vivent  le calvaire de leur vie depuis cette semaine. Ils décident tous de quitter la ville et n’attendent désespérément que l’arrivée d’un camion pouvant les conduire au-delà des frontières centrafricaines, où résident la paix et la sécurité.

7 - Des femmes attendent une distribution d'aide humanitaire devant la maison de l'Imam de Bossangoa_0Plusieurs centaines de musulmans réfugiés au Camp du HCR dans la ville de Bossangoa (Nord) ne désirent qu’une chose : partir hors  de la Centrafrique pour recommencer leur vie ailleurs. Les conditions de survie ne leur permettent pas de tenir plusieurs jours en raison de la détermination des milices à majorité chrétienne d’épurer la communauté musulmane complice de la Séléka.  

"Les anti-balaka ont tout détruit, ils viennent tous les jours pour nous menacer, ils ont des armes… Mais s'il y a un camion, je pars…vers le Tchad, vers le Cameroun, vers la sécurité", a-laissé entendre un père de huit enfant, Mango Jimé, à AFP.

Selon des sources proches du HCR au camp de Gore au Tchad à moins de 300 kilomètres de Bossangoa, les Anti Balaka empêchent même certains convois humanitaires d’acheminer des vivres aux réfugiés humanitaires dans les camps musulmans à Bossangoa.

Pour certains acteurs humanitaires intervenant dans la région, notamment ceux de l’ONU et de l’UNICEF, il est question d’un nettoyage basé sur la religion dans la ville de Bossangoa. «…une grande peur s'est installée à Bossangoa depuis que les camions tchadiens sont venus. Les musulmans vivent dans une peur totale", propos de Seydou Camara, le coordinateur de l'Unicef dans la ville à l’AFP. Certains affirment que des Anti Balaka patrouillent dans la ville de Bossangoa à bord d’un véhicule 4/4 munis des lances roquettes.

L’urgence pour les acteurs humanitaires et sujets musulmans c’est de parvenir à évacuer les plusieurs centaines de croyants au prophète Mohamed.

Kangbi Ndara et AFP.

Comments

comments




Laisser un commentaire