Abakar Sabone perçu devant un hôtel à Douala

L’homme qui a réclamé la partition de la République  Centrafricaine et qui a essuyé l’indignation de tous les centrafricains, Abakar Sabone, est vu ce 21 janvier 2014 dans la ville de Douala au Cameroun.  

Abakar SaboneL’ancien Conseiller Spécial de Michel Djotodia, Abakar Sabone, se trouve présentement dans la capitale économique camerounaise. Il est vu ce matin par un groupe de centrafricains devant l’Hôtel Résidence la Falaise situé en plein centre de Douala. Selon l’un des centrafricains qui l’ont perçu, Sabone s’est vêtu d’une tenue musulmane et s’est fait accompagné en voiture par un jeune homme au teint brun portant un tee-shirt rouge. Il s’agit d’un véhicule en couleur bleu-nuit de marque Mercedes CKL coupé.

D’une autre source, Abakar Sabone serait arrivé le 20 janvier à Douala suivant le même trajet de Noureddine Adam, c’est-à-dire par un vol de la Compagnie Karinou via Bangui-N’Djamena. Est-ce juste un simple voyage de visite ? Ce déplacement n’a-t-il pas un lien avec celui de Noureddine Adam qui a été brièvement arrêté et expulsé le 19 janvier par la Direction de la Surveillance du Territoire (DST) ? Serait-il aussi venu rencontrer le PDG de SCAR Renault Centrafrique Monsieur Wissam Fadhoul résidant à Douala ? S’agit-il d’une simple coïncidence lorsque la voiture de marque Laskoda que Monsieur Wissam Fadhoul avait mise à la disposition de Noureddine Adam immatriculée 08 SACAM a été perçue ce matin dans le parking de l’hôtel où loge Abakar Sabone ?

Pour rappel, Abakar Sabone a été deux mois avant la chute du régime de François Bozizé ministre du Tourisme et du développement de l’Artisanat. Comme le reste des caciques du régime Bozizé, il a pris fuite quand la Séléka a fait son entrée dans la capitale centrafricaine. Il s’est constitué comme réfugié à la Base militaire M’Poko près d’un mois avant de se rendre au Tchad. Il a réapparu à Bangui dans les dernières heures de la gouvernance Séléka comme Conseiller Spécial de Michel Djotodia. Pour avoir fait une audacieuse déclaration sur la partition de la Centrafrique, il a été demi de ses fonctions de conseiller en guise de sanction par l’ancien Président de la transition centrafricaine Michel Djotodia.  

Johnny Yannick NALIMO

 

Comments

comments




Laisser un commentaire