Accords de Nairobi : Bozizé et Djotodia attendent « Air Bangui » à la gare de l’impunité

Kangbi-ndara.com / Les discussions exclusives et controversées de Nairobi ont finalement accouché  la semaine du 16 février d'un compromis entre les anciens Chefs d'Etat centrafricains François Bozizé. Les deux hommes veulent rentrer au bercail sans être inquiétés par la justice nationale et internationale.

Bozizé-et-Djotodia-pour-la-PaixDifficile de dire quand des accords formels seront signés entre entre les principaux acteurs de la crise centrafricaine, notamment les anciens présidents François Bozizé et Michel Djotodia et leurs bras droits Noureddine Adam (Séléka) et Joachim Kokaté (Anti-balaka), coptés par le Médiateur dans la crise centrafricaine le Président congolais Denis Sassou N’Guesso. " Aucun accord n'a été signé, nos anciens dirigeants se sont mis d'accord sur certains points qu'ils valideront ensemble à l'occasion des cérémonies des signatures des accords", a précisé Me Lin Banoukepa le porte-parole de Bozizé.

De nos sources au Kenya, les présidents déchus Bozizé et Djotodia se seraient remis aux Accords de Libreville de juillet 2014 excluant leurs candidatures à la présidentielle prochaine en RCA. Les deux hommes auraient signé parmi tant d’autres points :

• l’application des Accords de Brazzaville de juillet 2014,
• le prolongement à un an et demi de la durée de Transition, présidée par Catherine Samba-Panza,
• la tenue à Bangui du dialogue national inclusif à l’issu duquel un nouveau Gouvernement de Transition sera mis en place.

Les clauses de Nairobi prévoiraient, entre autres, que François Bozizé et Michel Djotodia, tous deux susceptibles de comparaitre devant la juridiction internationale pour leur implication dans les graves violations des droits humains en RCA depuis décembre 2012, rentreront librement dans leur pays sans aucune inquiétude de poursuites judiciaires et doivent jouir pleinement de leurs statuts d’anciens Chefs d’Etat (y compris les avantages).

Toujours de nos sources, l’ancien Président Michel Djotodia, indigné des agitations de certains acteurs politiques, qui selon lui trompent le jugement des centrafricains sans être inquiétés, promet d’établir sans réserve les responsabilités des uns et des autres devant son peuple. Leurs cas auraient été révélés et débattus à Nairobi.

Parmi les nombreux points examinés lors des négociations, les représentants des principaux groupes armés rivaux Noureddine et Kokaté, également dans le collimateur de la Cour pénale internationale (CPI) pour les mêmes chefs d’accusations, auraient de leur côté choisi pour feuille de route les Accords de cessez-le-feu signés à Brazzaville en présence du Médiateur Dénis Sassou N’Guesso, de la Présidente de la Transition Catherine Samba-Panza, des membres du gouvernement, des représentants de la société civile et des responsables religieux.

Précisons qu’il a fallu près de trois mois pour que les participants à cette rencontre, parviennent à un consensus de sortie de crise monté eux mêmes sur l’impunité. Même si la France ne s’est pas encore prononcée publiquement sur l’initiative africaine de Nairobi, elle boude cette rencontre en silence.

 

Johnny Yannick NALIMO,

(crédit photo Corbeaunews)

Comments

comments