Accusé par Mme Danielle Darlan : le journaliste Freddy Nelson Massengue remonte au créneau

Kangbi-ndara.info/ Nouveau son de cloche dans le feuilleton ayant pour star la présidente de la Cour Constitutionnelle de Centrafrique Madame Danielle Darlan. Le journaliste rédacteur web centrafricain suspecté par la présidente de la Cour Constitutionnelle dans sa déclaration du 10 décembre dernier sur les ondes de Radio Centrafrique accorde une interview à Kangbi-ndara dans laquelle il récuse l’accusation de Mme Darlan avant de lui rappeler qu’étant une personnalité publique elle n’a pas de vie privée.

Kangbi-ndara : Monsieur Freddy Nelson Massengue, bonjour. Mme Darlan vous a cité sur les ondes de Radio Centrafrique comme étant celui qui diffame son nom par voie de presse ces derniers temps. Que dites-vous ?

Freddy Nelson Massengue : C’est avec surprise que j’ai suivi sur les ondes de Radio Centrafrique comme tout le monde la déclaration de la présidente de la Cour Constitutionnelle Mme Danielle Darlan qui n’est pas passée par quatre chemins pour mettre en cause les gens qui n’acceptent pas la nomination d’une femme à cette haute fonction de responsabilité. Elle a mis en garde un certain Frédéric Massengue qui d’après mes informations se trouve être moi Freddy Massengue qu’elle accuse d’être à l’origine des articles publiés dans la presse nationale dénonçant ses relations intimes avec un leader politique de l’opposition. Le public ne semble pas être satisfait de sa déclaration qui ressemble plus à une déclaration politique assortie des menaces à l’endroit de la presse en s’appuyant sur le Haut Conseil de la Communication. Les directeurs des organes incriminés et moi-même sommes de plus en plus convaincu de la véracité des faits évoqués dans les articles publiés et entendons poursuivre nos investigations en ce sens afin d’éclairer l’opinion nationale.

Beaucoup affirment que derrière le blog « Dandara » par le biais duquel plusieurs projectiles enflammés ont été lancés contre la personne de Mme Darlan présidente de la Cour Constitutionnelle se cache votre silhouette. Ce blog est-il le vôtre ?

Comme vous le savez je suis également journaliste rédacteur web comme vous. J’administre mon site à l’adresse www.expressiondecentrafrique.com. Je n’ai pas besoin de me cacher derrière un quelconque blog pour relayer les informations. Étant donné que je suis un journaliste engagé, j’assume la responsabilité de toutes mes publications. Je lis comme tout internaute les articles relayés par ce blog « artificié » comme d’aucuns semblent me coller la paternité. Si davantage je venais à être crains sur la base des suspicions je ne peux que dénoncer avec la dernière rigueur les allégations mensongères de cette grande dame futelle une juriste de renom qui se complait dans les ragots et fumisteries.

 Donc vous niez ne pas être la personne qui se dissimule dans l’anonymat et par le biais d’un blog interposé pour porter atteinte à la personne et à l’honneur de la présidente de la Cour Constitutionnelle qui n’est autre que Mme Danielle Darlan ?

Si vous dites nier c’est comme si je me reprochais un acte posé. Je vous répète que je ne suis ni de loin ni de près lié à cette histoire scandaleuse. Toutefois, je dispose de nombreux éléments assez compromettants suite à mes investigations menées après le déclenchement de cette affaire et qui pourraient enrichir mes prochaines publications sur expressiondecentrafrique.com.

Seriez-vous en train de donner crédit à l’information que de nombreux médias nationaux ont divulgué concernant Mme Darlan. Est-ce bien le cas ?

C’est vous qui le dites, j’ai avancé que je pourrais enrichir mes publications futures sur la question qui défraie actuellement la chronique à Bangui et sur la toile vu qu’il s’agit d’une personnalité qui dirige l’une des institutions phares de la république. Si vous l’entendez ainsi n’en plaise qu’à vous.

 Vous qui êtes journaliste que dites-vous du fait que le politique se sert de la plume journaliste pour régler son compte à autrui ?

 Je déplore ce phénomène reléguant le noble métier de journalisme sur le terrain de bataille politique. Vous conviendrez avec moi que cela constitue une réalité universelle vérifiable même dans les grandes démocraties. Le mariage du journaliste avec le politique date de la nuit des temps et malheureusement cette fâcheuse réalité est à son apogée en République Centrafricaine.

 Auriez-vous un mot à adresser à la présidente de la Cour Constitutionnelle Mme Danielle Darlan qui vous a mis en garde dans sa déclaration radiodiffusés ?

 Je mentirai si je vous dis que je n’ai pas de mot à placer à l’endroit de cette valeureuse et brillante femme qu’est Madame Danielle Darlan. Cette grande figure féminine doit garder à l’esprit que lorsqu’on a la responsabilité de présider la troisième institution d’un Etat, notre vie privée ne nous appartient plus. On a une vie de famille qui doit être protégée et on soigne ses fréquentations. Nous avons encore en mémoire le scandale Monica Lewinsky avec l’ancien Président américain Bill Clinton et aussi le scandale Watergate toujours aux États Unis. Dans le cas d’espèce il s’agit d’une relation avec un individu soupçonné par la justice des manœuvres de déstabilisation. La proximité de cet individu avec Mme Darlan ne peut qu’interpeller tout centrafricain désireux de la paix après les douloureux évènements qu’a connus notre pays. C’est pourquoi la presse dans son rôle d’informer s’en est fait l’écho et a voulu en savoir un peu plus et a découvert encore d’autres relations et fréquentations qui suscitent des interrogations dans les méninges de plus d’un. J’aimerais bien que Mme Darlan puisse apporter des éclaircissements sur les accusations de la presse surtout en ce qui concerne ses liens ambiguës avec un ancien Chef d’État. Aussi qu’elle dise au Peuple qu’elle n’a jamais milité au nom d’une association politique.

 Monsieur Freddy Massengue merci

 C’est moi qui vous remercie confrère

 

Propos recueillis par Johnny Yannick Nalimo




Laisser un commentaire