Activités humanitaires 2015 : les données numériques satisfaisantes du CICR en Centrafrique

Kangbi-ndara.info / Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) a procédé vendredi 22 janvier 2016 à Bangui à l’évaluation de l’ensemble des conclusions tirées des activités de l’année 2015. Un bilan dressé devant les professionnels des médias centrafricains.

Aux différents sons de cloches, des chiffres satisfaisants sont enregistrés par les quelques trois centaines d’ONG humanitaires intervenants en Centrafrique courant 2015 qu’en 2014 et 2013.

CICREn marge des performances résultantes des actions coordonnées menées sur le terrain par le CICR et certains de ses partenaires privilégiés notamment la Croix-Rouge Centrafricaine, principalement à Bangui, Kaga-Bandoro, Bambari, Birao, Dékoa, Kabo, Berberati, ippy, Rafaï, Obo et Ndélé où il couvre, cette organisation internationale œuvrant pour apporter son soutien aux populations en détresse de Centrafrique et bien d’autres organisation sœurs se butent encore à certaines contraintes. C’est ce qu’avait indiqué Charlotte Bennborn, ancienne Responsable des activités de sécurité économique du CICR dans une interview accordée à la cellule communication du CICR en début 2015 à la fin de sa mission dans le pays. « Les défis d’ordre sécuritaire aussi bien du côté des humanitaires dont l’accès aux populations dans le besoin était limité que ces dernières qui, après avoir reçu une assistance, ont été souvent la cible des porteurs d’armes ».

Quelques beaux chiffres du CICR en 2015

Dans le cadre de sa mission d’assistance aux populations affectées par des conflits armés, des violences et toutes autres situations d’urgence humanitaire, le CICR d’après la documentation mis à disposition des professionnels de médias centrafricains hier à son siège a pu enregistrer des données chiffrées performantes en 2015.

Dans le domaine de la santé, entre autres, le CICR a assisté l’an dernier plus de 2 millions de personnes avec des moustiquaires imprégnées ; plus de 230.000 malades de paludisme traités ; plus de 95.000 personnes prises en charge dans 22 centres de santé et des cliniques mobiles à Bangui, Kaga-Bandoro, Berberati et Bambari.

En ce qui concerne des interventions en sécurité économique visant à contribuer à l’autosuffisance alimentaire dans les zones d’urgence, le CICR dit remettre en 2015 des boutures de manioc à quelques 300 familles reparties en groupement agricoles dans les préfectures de Kémo, Ouaka, Nana-Gribizi, Bamingui-Bangoran et Vakaga. 548 petits ruminants distribués à plus de 270 femmes cheffes de ménages à Boda et Yaloké. Aussi, plus de 24.000 personnes ont bénéficié des semences vivrières et des vivres de protection  à Berberati.

 

En matière de protection, cette instance humanitaire internationale se félicite du rétablissement des contacts entre plusieurs familles séparées par les conflits armés et des visités régulières aux personnes privées de leur liberté. Plus de 1.000 détenues ont été visitées dans les zones d’urgence et plus de 30 enfants non-accompagnés réunifiés.

En 2015, le CICR a aussi conjugué des efforts dans le domaine d’approvisionnement en eau potable en faveur des personnes déplacées et à l’entretien des infrastructures sanitaires à Bangui, Kaga-Bandoro, Bambari, Birao, Kabo et à Ndélé. Plus de 60.000 personnes déplacées desservies en quotidiennement en eau potable à Bangui, Bambari et Kaga-Bandoro ; 23 puits, 2 sources d’eau et 10 puits réhabilités à Ndélé et Birao ; des matériaux et outils de construction de plus de 1000 maisons remis à des habitants de Dékoua et Bambari.

Enfin en prévention en période de conflit armé ou de violences, le CICR s’est appesanti sur la promotion des règles de base du droit internationale humanitaire (DIH) en ce qui concerne les porteurs d’armes. Ainsi, le CICR a durant l’année écoulée sensibilisé plus de 3500 membres des forces armées centrafricaines (FACA), des forces internationales et certains groupes armés (Antibalaka, Séléka, RDPC, RJ) sur les règles du DIH. Plus de 1000 leaders communautaires et conducteurs de taxi-moto formés sur les gestes qui sauvent, plus de 160 policiers et gendarmes formés sur les règles des Droits de l’homme applicable aux opérations de maintien de l’ordre.

Le CICR-RCA œuvre en faveur des populations centrafricaines affectées par les conflits et les violences. Il soutient par ailleurs l’économie locale au profit des retournés en encourageant entre autres la relance des activités agricoles grâce à un soutien matériel et technique.

Johnny Yannick Nalimo

Comments

comments




Laisser un commentaire