Affaire Steve Yambete : le Président camerounais Paul Biya bouge du doigt

Kangbi-ndara.info/ Le Président camerounais Paul Biya s’est informé du dossier de l’officier centrafricain Steve Yambete détenu sans jugement depuis près de quatre à Yaoundé. Le Président Paul Biya serait étonné de la situation.

De sources diplomatiques, depuis Ndjamena la capitale tchadienne, le Président du Cameroun Paul Biya a lu la publication faite par Kangbi-Ndara le 25 octobre dernier sur la déplorable condition de détention de Steve Yambete, lieutenant des Forces armées centrafricaines. Depuis quatre ans cet officier centrafricain croupis à la Direction Générale des Recherches Externes (DGRE) de Yaoundé sans être jugé.

Paul Biya serait frappé de stupeur en ce qui concerne les histoires gravitantes autour de la difficile détention de Steve Yambete. Le Président du Cameroun veut que cette affaire soit très rapidement tirée au clair en commençant par la précision des faits reprochés au détenu Yambete.

Outre le Cameoun, il est difficile d’affirmer que la situation qui préoccupe du moins Paul Biya attire sous peu l’attention des Autorités centrafricaines qui, pour l’heure,  ne laissent transpirer aucun intérêt. Le jeûne de protestation non violent observé par le lieutenant Yambete ne fait nullement réagir le Parlement, le Gouvernement et très particulièrement le département de justice de Centrafrique.

De sources concordantes, la Fédération internationale des droits de l’homme (FIDH) est déjà penchée sur le dossier Yambete qui, d’après une source policière à Yaoundé, « est très affaibli, nul ne sait s’il pourra tenir encore longtemps ».

Arrêter le 18 janvier 2014 avec le chef rebelle Abdoulaye Miskine avec des motifs très instables, Steve Yambete est le seul à ne pas recouvrer la liberté faute de lobbying. Enchainé à la DGRE aux côtés des criminels de Boko Haram, cet officier centrafricain désir plus que tout autre chose son extradition en Centrafrique afin de répondre des charges qui lui pèsent dessus.

Kangbi-ndara

 

 

 

 

Comments

comments




Laisser un commentaire