Afrique centrale : le Président du Parlement de la CEMAC consterné par les violences en RCA

Ouverture hier après midi à Malabo de la 2e session ordinaire dite budgétaire du Parlement de la CEMAC. Le Président du Parlement Vincent MAVOUNGOU BOUYOU, dans son mot de circonstance se dit consterner par la recrudescence de la violence pendant ces derniers jours à Bangui .

El nuevo Presidente del Parlamento Comunitario en su discurso

COMMUNAUTE ECONOMIQUE ET MONETAIRE DE L’AFRIQUE CENTRALE

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – –  – – – – – – – —  – – – – –

PARLEMENT COMMUNAUTAIRE

– – – – – – – – –  – – – – – – – – – – – – – – – – –

PRESIDENCE

DISCOURS

DE L’HONORABLE VINCENT MAVOUNGOU-BOUYOU

PRESIDENT DU PARLEMENT DE LA CEMAC

A L’OCCASION DE L’OUVERTURE

DE  LA DEUXIEME  SESSION ORDINAIRE – ANNEE 2014

 

  • Excellences Messieurs les Ambassadeurs et les Représentants des Organisations Internationales accréditées auprès de la République de Guinée Equatoriale ;
  • Honorables députés de la CEMAC ;
  • Mesdames et Messieurs chers invités ;

               C’est avec une immense joie, celle  des  retrouvailles que j’ai l’honneur de procéder à l’ouverture de la deuxième session ordinaire de notre Parlement et ce, conformément aux dispositions pertinentes de la Convention régissant le Parlement communautaire, qui dispose que : « la deuxième session ordinaire  dite budgétaire, s’ouvre le deuxième lundi du mois d’octobre.

Dès l’abord, je vous souhaite à tous honorables députés, la bienvenue à Malabo, ville-siège de notre Institution.A cette occasion solennelle, je salue  la présence, dans cet hémicycle, des autorités nationales de Guinée Equatoriale qui, malgré la fatigue due aux festivités de la célébration de la fête nationale,  qui se sont tenues à Ebibeyin hier, n’ont ménagé aucun effort pour participer à cette cérémonie qui ouvre notre deuxième session ordinaire. C’est l’instant d’exprimer une pensée spéciale à l’endroit de  Son Excellence OBIANG NGUEMA MBASOGO, Président de la République, Chef de l’Etat, notre parrain, pour son engagement inlassable à nous aider à la mise en œuvre d’une action encore plus pertinente et plus dynamique de notre Parlement communautaire.

  • Honorables députés ;
  • Mesdames et Messieurs ;

Au moment où nous ouvrons cette session, l’Afrique centrale est une fois de plus confrontée à des problèmes sécuritaires.

En effet, l’évolution de la crise centrafricaine qui autorisait tous les espoirs d’apaisement, ces derniers mois, montre malheureusement ces dernières semaines des signes négatifs de retour à la violence.

C’est dire autrement que l’appel lancé par le Bureau du Parlement de la CEMAC, réuni les 28 et 29 juillet 2014, aux autorités de la transition, aux populations, aux forces de sécurité et à la Communauté internationale, de saisir l’opportunité qu’offrait le retour progressif à la paix, pour ne ménager aucun effort en vue de la réussite de la transition reste d’actualité.Le Parlement de la CEMAC qui s’est engagé à accompagner la RCA,  cet Etat-membre de notre communauté,  pendant cette période difficile, réaffirme ainsi sa détermination à poursuive à côté des forces politiques nationales, internationales et communautaires la recherche des voies et moyens nécessaires pour aider la République centrafricaine à retrouver la sécurité et la paix, gages du bien-être des populations qui depuis  des décennies souffrent de ce cycle récurrent de violences qui annihile tout effort de développement.

A côté de cette crise centrafricaine, les incursions de la secte islamiste BOKO HARAM dans la partie septentrionale de la République du Cameroun et au Tchad, mettent en péril la stabilité de toute l’Afrique centrale.

A ce propos, nous devons nous féliciter des concertations positives qui ont cours entre N’Djamena et Yaoundé visant la conjugaison  des efforts susceptibles de juguler ce terrorisme transfrontalier. La récente rencontre de Niamey qui a abouti à la mise sur pied d’une force multinationale commune des Etats est porteuse d’espoir.

Enfin, comment ne pas  évoquer, les ravages de portée multidimensionnelle  causés par l’épidémie du virus EBOLA qui,par le nombre croissant des victimes est en passe d’assombrir toutes les prévisions de croissance économique dans le continent.

C’est l’occasion une fois encore, une fois de plus,  de dire un grand merci, à Son Excellence OBIANG NGUEMA MBASOGO qui a apporté une contribution  financière considérable à la lutte  contre cette épidémie qui menace de devenir une pandémie.

Honorable députés, chers collègues ;

C’est donc dans ce contexte morose que le Parlement de la CEMAC pendant l’intersession a continué son œuvre de participation au processus décisionnel, au contrôle démocratique et de représentation de la Communauté.

S’agissant de la participation au processus décisionnel, notre Parlement s’est rendu à Bangui du 24 au 28 mars 2014 et a déposé un rapport assorti de propositions  exprimées par toutes les forces vives de ce pays frère, auprès du Président en exercice de la CEMAC, son Excellence Ali BONGO ONDIMBA.

Les 28 et 29 juillet 2014, le Bureau du Parlement s’est réuni à Malabo, non seulement pour adopter le projet de budget de notre institution, au titre de l’exercice 2015 mais également pour poursuivre l’examen de la question centrafricaine qui a abouti à l’Appel, évoquée ci-dessus. Le Bureau du Parlement de la CEMAC invitait alors la Communauté Internationale à intensifier ses efforts pour  l’appui aux populations déplacées et refugiées. C’est le lieu et l’instant de renouveler  nos encouragements  au Président Denis SASSOU NGUESSO, Médiateur international de la crise centrafricaine qui sans relâche s’emploie à réconcilier les filles et fils de la République centrafricaine.

En ce qui  concerne le contrôle démocratique, plaît-il de rappeler que nous avons élaboré un programme d’actions prioritaires visant entre autres, à entreprendre des missions de contrôle sur la réalisation des projets liés au Programme économique régionale. Avec la Commission, exécutif de notre Communauté, tous les efforts sont capitalisés quotidiennement pour la mise en  œuvre de ce programme.

Enfin, sur la représentation, la diplomatie parlementaire de notre Institution a tenu la majorité de ces engagements au plan international. C’est ainsi que le Parlement a été présent à :

  • Brazzaville,  du 26 au 27 mai 2014 dans le cadre de la Régionale Afrique de l’Assemblée parlementaire de la Francophonie dont le thème principal portait sur la gouvernance démocratique et le rôle des parlements dans la gouvernance démocratique en Afrique francophone. L’Assemblée générale tenu à OTTAWA, n’a pas vu notre participation pour des raisons budgétaires ;                             
  •  à Ouagadougou, du 14 au 18 juillet 2014, nous avons  participé à la Conférence de l’Association des Commissions des finances des parlements de la CEDEAO, sur invitation du Président de l’Assemblée nationale du Burkina Faso, outre les enseignements tirés de cette rencontre qui pourraient inspirer notre Parlement, des contacts ont été pris en vue du renforcement futur des capacités tant des parlementaires que des fonctionnaires en matière budgétaire.
  • à Midrand en Afrique du Sud, du 13 au 15 août 2014, nous avons pris part à la Conférence des Présidents qu’organise, chaque année, le Parlement Panafricain avec les fora parlementaires sous régionaux et nationaux.

Au cours des travaux, le Parlement Panafricain a présenté les évolutions actuelles de l’Institution parlementaire continentale qui a connu lors du dernier Sommet de l’Union africaine, un changement de statut passant d’un organe consultatif à un organe législatif de l’Union africaine dont les membres seront désormais élus au suffrage universel. Une campagne en vue de la ratification rapide du nouveau protocole de l’acte constitutif de l’Union africaine relatif au Parlement panafricain a été lancée, l’année 2015 étant programmée pour la mise en œuvre de ce protocole.

  • à  Douala,  du 04 au 05 septembre, dans le cadre de Groupe de travail sur la question du Lac Tchad, avec l’AWEPA. Au cours de cette réunion, le principe d’élaboration d’un plan d’actions stratégique a été retenu, il sera soumis au Parlement de la CEMAC avant sa mise en exécution.

 

  • à Midrand, du 02 au 06 octobre, sur invitation de l’AWEPA (Association des parlementaires européens avec l’Afrique), en marge de la célébration de son 30ème anniversaire et la participation au séminaire sur le thème « maximiser les retombées positives des migrations sur le développement : rôle des parlements et nécessité d’instaurer un dialogue international. »

 

       Mesdames et Messieurs les députés ;

       La session qui s’ouvre aujourd’hui, sera essentiellement consacrée à l’examen du budget de la Communauté au titre de l’exercice 2015 ;

       Loin d’être un exercice de pure routine tendant à donner quitus à l’exécutif, le Parlement de la CEMAC à qui revient le devoir du contrôle démocratique des Institutions et Organes de la Communauté, a là, une occasion idoine d’exercer cette prérogative, avec sérieux, ayant toujours  à cœur notre mandat, celui de contribuer à l’œuvre d’intégration de notre sous-région.

       En  conséquence, je vous invite à prendre le temps nécessaire à l’examen minutieux des documents financiers qui vous seront soumis tant dans l’appréciation de l’exécution du budget de 2014 que des  prévisions de 2015. Faut-il rappeler que c’est à l’aune de notre sérieux que notre action sera plus lisible et visible dans notre implication pour l’avancement de l’intégration de notre Communauté. Il s’agit là, en fait, de relever une fois encore, le défi de notre crédibilité.

       C’est sur cet appel que je déclare ouverte la deuxième session ordinaire du Parlement de la CEMAC, tout en vous souhaitant un séjour agréable et utile par la tâche qui vous attend.

 

Vive la CEMAC ;

                                  Vive le Parlement de la CEMAC.

 

       Je vous remercie.

                                  

Comments

comments




Laisser un commentaire