Agression Vey Zo : les rappeurs centrafricains réunis exigent que justice soit faite

IMG_0936Kangbi-ndara.info/ Une poignée d’artistes centrafricains issus de différents groupes de rap viennent de tenir ce jour 16 juin 2016 à l’espace Lingatèrè dans le 8e arrondissement de Bangui une conférence de presse. Ils exigent  que justice soit rendue pour la torture subie par un des leurs.

Plusieurs artistes rappeurs centrafricains viennent de dénoncer les violences perpétrées par quelques militaires en civil sur l’artiste Vey ZoGonikara depuis près de deux semaines à Bangui.

D’après le rappeur Pétrus Gopayo alias Cruzy Yams du groupe Mc Fonctionnaire dont Vey Zo en est membre. « Peu importe l’état dans lequel Vey Zo se trouvait mais c’est l’acte qui est condamnable ». Cruzy Yams poursuit que Vey Zo n’était pas dans un état d’ivresse quand il a été agressé et que la bouteille d’alcool qu’il tenait en main par ce qu’il se trouvait en plein tournage. Il ajoute que ce sont les agresseurs qui ont poussé Vez Zo vers le sol pour que la bouteille de vin qu’il tenait en main se brise. Une version des faits soutenue par Aimé Ludovic Kongbo dit Altesse aussi du groupe Mc Fonctionnaire. Pour tout couronner, les artistes réunis en solidarité à un des leurs entre autres, As Kotangba, Prince Wayne Monamset dont le nom d’artiste est P.Wayne, la jeune chanteuse Evodie Senekping, Annela Niamolo connue sous le sobriquet d’ Anne’ Stic,   Plisson Princia  ayant pour le nom d’empreint  Jennifer et Black A Part alias Démon du groupe Mc Fonctionnaire et bien d’autres ont réaffirmé leur soutien à l’artiste Vey Zo. Ils entendent déposer plainte auprès de la haute juridiction pour que les responsables puissent répondre de leurs actes.

Par ailleurs, le général de l’armée centrafricaine mis en cause dans cette affaire notamment Monsieur Romain Guitizia se dit imperturbable et compte également sur la justice pour que paraisse la vérité. Pour Mr Guitizia, seule la justice pourra faire la part de choses et le blanchir de tous soupçons tant de la part d’un monsieur qui l’a contacté de France et se présentant comme le frère ainé de l’artiste que des internautes qui ne le connaissent pas mais qui le jugent avec des adjectifs très péjoratifs.

A Kangbi-ndara, certains témoins annoncent leur entrée de jeu pour éclairer la lanterne de plus d’un en ce qui concerne l’affaire d’agression manu militari de Vey Zo dont les responsabilités seraient susceptibles d’inverser d’un témoignage à un autre. Le comble c’est que la version de l’artiste se fait attendre et laisse libre court aux inférences de se substituer temporairement aux faits. Le tout mettra  l’éducation civique censée être promue par les artistes et le respect des droits de l’homme faisant l’apanage des forces de l’ordre. 

Que la vérité éclate pour que la tension entre militaire et artiste s’apaise car la République a besoin d’eux tous.!

Johnny Yannick Nalimo

Comments

comments




Laisser un commentaire