Analyse : la justice arme de la démocratie

Il y a des comportements qui sont considérés comme incompatibles avec la vie en société, et qui doivent être sanctionnés.

En Centrafrique, c’est le Code criminel qui énonce les règles de procédure et les peines applicables aux personnes qui commettent une infraction criminelle telle que le criminel Djotodia Michel.

image001En effet, les victimes du régime sélékiste du sanguinaire Djotodia doivent déposer une plainte devant la justice Internationale pour essayer d’accélérer la marche vers un procès de monsieur Djotodia. L’introduction d’une plainte devrait être ouverte et ces victimes devraient se constituer en association « contre l’immobilisme et du retard dans la prise des sanctions contre Michel Djotodia ». Les autorités Centrafricaines doivent déposer une plainte contre Michel Djotodia au nom de l’Etat Centrafricain auprès de la Justice Française afin qu’il puisse s’expliquer sur cette tragédie et ses multiples, déplacements depuis le Benin. Pendant ce temps, les victimes meurent les unes après les autres sans avoir obtenu justice ! Depuis dix petit mois de son règne, nous nous battons pour que la justice se prononce sur les atrocités que nous avons subies, au nom du peuple Centrafricain.

 On nous dit : il n’y a pas d’argent on ne va pas commencer le procès, mais nous nous ne pensons pas que c’est un problème financier, maintenant, qui bloque le dossier Michel Djotodia ? C’est juste une question de volonté politique rendre justice au peuple Centrafricain après cette humiliation subit aux yeux et sus de tout le monde. Il n’y a pas l’argent, mais l’argent ne nous empêche pas de travailler ! On peut commencer à travailler et l’argent viendra après. Nous ne pensons pas que la communauté internationale s’engagera aussi et au cours de la procédure ne laisse pas la Centrafrique seule. On ne peut pas avoir tout [tous les fonds] avant de commencer. C’est quasiment impossible.

Le moment est venu de faire la lumière sur une association malsaine dit seleka la justice est une armée efficace de la démocratie.

SIMON –KOITOUA