Analyse : peut-on encore parler d’un dialogue en Centrafrique ?

image002Avions-nous besoin d’un Dialogue Politique Inclusif, d’un Dialogue National ou d’une Assise Nationale? Nous avions eu par le passé le Dialogue National, le Dialogue Politique Inclusif, les Accords Politiques,… et bientôt encore les Assises Nationales. Les questions qui nous reviennent de se poser est de savoir, pourquoi la situation de la RCA après ces différents dialogues ne s’était elle pas améliorée? Chaque centrafricain, quelque soit son pays de résidence, aura à répondre à sa manière sur cette petite interrogation. Avions-nous encore besoin de ces dialogues pour que la paix revienne dans ce pays?  Quelles stratégies devront nous mettre en place pour qu’une paix durable puisse s’instaurer? Il serait urgent et nécessaire de mettre plutôt en place une Instance Vérité Equité et Réconciliation. C’est ce que veut le centrafricain lamnda et une commission de suivi sera mise en place en collaboration avec les partenaires pour l’applicabilité de toutes les recommandations assorties de cette instance. Il serait aussi judicieux de définir le rôle de chaque acteur de la transition à savoir le gouvernement, les groupes militaro-politiques, les partis politiques, le Conseil consultatif des Droits de l’Homme, le Parlement ou le Conseil National de la Transition et la Société Civile.

Bien avant cela, le Conseil National de la Transition et le gouvernement ainsi que les partenaires au développement devront créer un Forum centrafricain pour la « Vérité et la Justice » pour constituer un rapport qualitatif au processus de mobilisation civile pour le règlement équitable du dossier des violations graves. D’emblée, le forum centrafricain pour la Vérité et la Justice visera le nœud du problème en reliant les défis posés par le règlement du dossier aux changements en cours dans le pays et à la réconciliation nationale et politique qui en est escomptée, et ce, en développant les éléments constitutifs de l’équation à travers les interrogations suivantes :

  • Comment serait-il possible de tourner la page du passé sans l’avoir correctement lue et en avoir assimilé les enseignements ?
  • Comment nous débarrasser des séquelles de la répression et des violations graves des Droits de l’Homme, dont souffrent les victimes, et la société dans son ensemble ?
  • Comment protéger le pays et prémunir les générations futures contre les causes, les conséquences de telles violations ?
  • Comment garantir l’équilibre éthiquement et humainement nécessaire entre la reconnaissance publique de la responsabilité de l’état et de ses agents dans les actes arbitraires commis et dans ce que des milliers de victimes ont connu comme répression, atteintes à leur dignité et à leur réputation, à leur intégrité physique et mentale et comme privations des liens familiaux et pertes d’occasions d’une part et les efforts de concorde politique visant à la réconciliation et à la transition démocratique d’autre part.

Telles seront les principales questions auxquelles notre forum cherchera à élaborer son rapport qui sera centré sur la « reconnaissance de la responsabilité de l’Etat, l’établissement de la vérité concernant les violations graves des Droits de l’Homme, la poursuite des auteurs de ces violations, la garantie de la réparation des préjudices pour les victimes, et enfin la protection des individus et de la société contre les nouvelles formes des violations».

Le forum centrafricain analysera la constitution de l’Instance Vérité Equité et Réconciliation afin de mettre en place une Commission Nationale Indépendante dotée de compétences et de tâches visant la réalisation de ces objectifs, qui aura pour effet le retour définitif de la paix en République Centrafricaine et l’instauration d’un état de droit à travers une élection démocratique libre et transparente.  

 

Par Charles J.C. MASSI économiste de formation

Contact +221 78 633 70 20

E-mail : massicharles@yahoo.fr

Dakar – SENEGAL

Comments

comments




Laisser un commentaire