Analyse : un Peu De Géographie et de Géopolitique

Par Eugene Pehoua-Pelema

Depuis un certain moment, à cause de la crise qui secoue notre Pays, des crimes de part et d'autres sont commis par la Séléka et les Anti-baakas lsur les citoyens qui peuplent le Centrafrique.

Après l'arrivée de la Séléka, la population centrafricaine va subir pendant près d'un an les vols, les viols, les destructions et les assassinats sur l'ensemble du territoire.

Puis le 5 décembre des anti-balakas vont déferler sur Bangui pensant s'emparer du pouvoir. Sur leur chemin, ils commettent des crimes atroces sur des personnes d'obédience musulmane.
Comme vous pouvez l'imaginer, la réponse ne s'est pas fait attendre; durant cette même journée de nombreux jeunes (près d'un millier) qui s'étaient engagés dans cette aventure ont trouvé la mort massacré par la Séléka.

Malheureusement cela ne s'est pas arrêté là, dans la nuit du 5 au 6 décembre et les jours suivants, la Séléka a malheureusement poursuivi cette boucherie qui fera des milliers de morts malgré la présence de la MISCA qui a assisté sans broncher à ces massacres.


Quelques jours plus tard l'arrivée de la Sangaris annoncée à coup de grande publicité avait redonné de l'espoir au peuple centrafricain. Malheureusement la Sangaris va s'y prendre gauchement en désarmant publiquement les membres de la Séléka sans tenir compte de tout ce qui avait pu se passer avant l'arriver et les exposant à la vindique populaire.


Les services de renseignement de la Sangaris n'ont pas analysée la psychologie du centrafricain après cette souffrance de près d'un an et de tous les massacres qui ont précédé leur arrivée.
Tout d'un coup la violence meurtrière a changé de camp comme si cela n'était pas le fait du hasard. De nombreux centrafricains se faisant tous passer pour des anti-ballakas vont appliquer la loi de tallion en s'attaquant à tout individu d'obédience musulmane de même qu'à leurs biens. Nous assisterons alors à des scènes de violences inhumaines et odieuses.

Même le départ de Djotodia et l'arrivée de Catherine Samba-Panza à la mi-décembre ne suffira pas pour ramener la quiétude dans ce beau pays qui s'est tout d'un coup transformé en enfer pour les populations y habitant.

En dépit de tous les appels à la retenue des uns et des autres, une violence aveugle va s’abattre sur ce beau pays; des violences vont servir par la suite d'excuse à certains membres de la Séléka et de forces invisibles de pousser l'idée d'une partition de la République Centrafricaine.

Soudainement une stratégie avait pour but d'utiliser le Sud-Soudan comme exemple afin de créer la République du Nord-Oubangienne ne tenant pas compte de la réalité de la géographie de ce pays et des populations de ces régions.
Seulement, les gens ont tendance à oublier que les populations qui peuplent le Sud-Soudan aujourd'hui sont des populations qui ont toujours vécu dans cette partie de ce pays. 
Ce qui n'est pas le cas de cette soit-disante République Nord-Oubanguinne qui est en réalité un jeu politique qui consiste à nous spolier de nos richesses naturelles et tout cela avec un machiavélisme sans nom puisque des enfants de notre pays qu'ils soient musulmans ou non-musulmans ont été sacrifiés pour cette cause démoniaque.
Voici ci-dessus quelques cartes de notre cher pays de même que celle de ce projet de cette nouvelle République Fantoche dont le seul but est la conquête des richesses du sous-sol de ce pays.

Bambari n'est pas plus au Nord que Sibut, Bakouma ou toutes autres villes du Sud que sont Bangassou, Mobaye, Rafaï, Zémio, Obo, Briya, Yalinga. Pire même le nord du Centrafrique n'est pas peuplé en majorité de musulmans. Même la Vakaga qui est le plus au Nord n’a pas 60,000 habitants dont à peine la moitié est musulmane. 
Par contre sur l’une des cartes, vous pourrez simplement voir que cet envoi de la population musulmane dans le nord n’a pour but que de faire rentrer du Soudan et du Tchad d’autres populations musulmanes pour justifier une raison suffisante pour créer un État musulman en gonflant l’effectif de cette population. 
Mais si cela était basé sur des statistiques réelles, comment expliquer cette volonté de créer un État allant du Nord au Sud à partir du Centre de la RCA c’est à dire à partir de la Ouaka? 


Le temps n’est plus au bavardage mais à une prise de conscience pour ceux qui ne l’ont pas encore eu afin de se mobiliser pour ce combat qui nous concerne tous. 

Il ne s’agit pas de vengeance ou encore d’une lutte de musulmans contre chrétiens comme les medias aiment le presenter. Il s’agit du sauvetage de l’existence de notre pays en tant que un et indivisible dans lequel nous continuerons à vivre quelque soient nos differences religieuses et culturelles




Laisser un commentaire