Anniversaire Minusca : 1 an d’action opérationnelle et d’abus sexuel en Centrafrique

kangbi-ndara.info/ La Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la Stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA) a commémoré le premier anniversaire de son opérationnalisation en Centrafrique après le transfert de l’autorité par la Mission internationale de Soutien à la Centrafrique (MISCA). Un an d’action opérationnelle et d’abus sexuel sur la population. La cérémonie marquant le premier anniversaire du transfert d’autorité entre la MISCA et la Minusca s’est déroulée le 18 septembre 2015 au siège de l'institution à Bangui. Cette cérémonie a vu la présence de nombreuses personnalités.Entre autres, le premier ministre, les ministres, le Représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies, les Représentants spéciaux adjoints du Secrétaire des Nations unies, les Représentants des organisations internationales, et les corps diplomatiques.

Elle est marquée par quelques discours, le défilé militaire et une animation culturelle. « ’est à une période charnière dans l’histoire de la République Centrafricaine que nous célébrons ce premier anniversaire de la Minusca. Le pays se prépare en effet à organiser des élections capitales pour son avenir. Le retour à l’ordre constitutionnel sera le gage du rétablissement de la paix et de l’autorité de l’Etat dans le pays » a déclaré Parfait Onanga- Anyanga, Représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies, et Chef de la Minusca.
 

Efforts et défis

"Au-delà des réalisations de la Minusca, beaucoup reste à faire", a précisé le représentant spécial de la Minusca. Entre autres défis à relever pour un retour définitif de la paix en Centrafrique, la sécurité, la restauration de l’Etat, le processus politique et la lutte contre la viols et autres abus sexuels reprochés aux casques bleus de la Minusca. Toutefois, Parfait Onanga Anyanga demeure convaincu qu’ensemble, les autorités de la Transition, la Minusca et tous les partenaires de la République centrafricaine, ce processus sera mené à son terme et à bon temps. « Beaucoup de progrès ont été réalisés. Nous sommes plus que jamais près du but. Cependant, des défis, qu’il nous faudrait ensemble relever, subsistent. Ils exigeront de nous tous courage,  abnégation et désintéressement, en ayant pour seul objectif l’intérêt commun des Centrafricains, au-delà des choix partisans» a-t-il ajouté.

Du côté du gouvernement centrafricain, le bilan de ce premier anniversaire est positif. Car avec la mission, les autorités de la transition ont eu à réaliser des progrès. La Minusca assiste le gouvernement notamment dans la restauration de l’Etat sur toute étendue du  territoire et le processus politique. « C’est une grande journée. Il y a un an, nous avons réalisé, avec la Minusca, beaucoup de progrès sur le terrain pour améliorer la situation sur le plan sécuritaire et humanitaire. Cependant, nous avons encore d'énormes défis notamment au niveau sécuritaire et électoral pour lesquels nous devons concentrer nos forces pour y arriver », a noté Mahamat Kamoun, premier ministre de la transition.
Au plan opérationnel, l’effectif de 10 000 militaires et 1 800 policiers initialement prévus par la Résolution 2149 du Conseil de Sécurité des Nations Unies est désormais atteint. La Mission s’est félicitée de ce que 9 266 militaires et 1558 policiers ont déjà rejoints les rangs de la Minusca.
 

Attentes

Même s'il faut reconnaître que la Minusca a contribué au relèvement de la République centrafricaine affaiblie par les multiples crises, force est de constater que cette mission onusienne a aussi été marqué par des pratiques qui la décrédibilisent. En toile de fonds, les cas d'abus sexuels des populations en détresse, les viols sur mineurs, les pillages de ressources naturelles, l'incitation aux affrontements entre les groupes armés, l’inaction et une certaine passivité. Malgré la politique de tolérance zéro qui a toujours été fredonnée, les centrafricains attendent toujours que justice soient rendus aux victimes des 17 cas d’abus sexuel sur les civils où les casques bleus sont directement impliqués. Ce qui au fil du temps crée un climat de méfiance entre la population et les casques bleus de la Minusca. Le temps passe si vite et la Minusca se doit de procéder à un recadrage, se remettre en cause afin de corriger ces erreurs avant qu’il ne soit tard.

 

Comments

comments




Laisser un commentaire