Annonce anticipée du Chronogramme électoral en RCA : l’ANE boude Adrien Poussou

Kangbi-ndara.com / Le monde entier vient d’être fixé ce vendredi 19 juin 2015 sur le chronogramme des élections législatives et présidentielles prochaines en République centrafricaine par le biais du ministre conseiller à la Primature Adrien Poussou. En off, l’Autorité nationale des élections (ANE) s’indigne du mobile poussant Adrien Poussou à se passer pour un de ses membres.

PoussouEn effet ; le ministre conseiller du premier ministre centrafricain a organisé une conférence de presse hier 18 juin 2015 au cours de laquelle il a annoncé en exclusivité, devant les médias nationaux et étrangers, les propositions des dates fixées par l’ANE. Lesquelles propositions doivent ensuite être validées ou non par l’exécutif de la transition.

Sur les ondes de RFI ce matin l’on a pu retenir que le 1er tour des élections législatives est fixé au 18 octobre 2015, le second tour le 22 novembre 2015 et la présidentielle avant le 31 décembre prochain. Or, c’est en réalité ce 19 juin 2015 en début d'après-midi au siège de l’ANE qu’est prévue une conférence de presse officielle se rapportant à l’annonce de la proposition des dates fixées des élections générales.

D’après nos sources dignes de foi proches de l’ANE, cet organe en charge d’organisation des élections législatives et présidentielles en Centrafrique boude la conduite d’Adrien Poussou. Pour l’ANE, Monsieur Poussou a agi en violation délibérée de la loi relatives aux prérogatives qui ne sont siennes. «  Cette affaire est grave et tout le monde se prend la tête actuellement », commente un de nos sources joint au téléphone ce matin.

Evidemment, il convient de rappeler que cette pratique n’est pas nouvelle au sein de la transition centrafricaine en cours car le mois dernier, la même situation s’en était produite entre la Primature et le ministère centrafricain en charge de la Sécurité Publique. La primature a anticipé d’un jour sur l’agenda d’une conférence de presse bouclé par le ministère de la Sécurité Publique relativement à l’état de la sécurité sur l’ensemble du territoire. Le ministre de la Sécurité a dû renoncer à sa conférence par respect de la hiérarchie. En ce qui concerne le ministre conseiller en matière de communication du premier ministre et ses excès de zèle, l’opinion nationale en est presque habituée.

Johnny Yannick Nalimo

Comments

comments