Assassinat du Commandant Marcel Mombeka : les assassins sont connus

Ils nous avaient prévenus, ils avaient promis que le sang allait couler, ils avaient demandé aux négriers qui peuplent leur village de s’approvisionner en vivres et en gris-gris, personne n’a voulu preter attention comme si on ne connaissait pas encore le vrai visage de la Minusca. Finalement, ils nous ont tous eus. Ils nous ont enculés et se la coulent bien tous. La mort de Commandant Marcel MOMBEKA n’est que la face cachée de ce qui adviendra dans les prochains jours. La mort du Commandant Marcel MOMBEKA est coup monté, préparé par des suppôts du diable qui manquent de sang depuis quelques temps. Et quand la zone de non droit du PK5 se met en mouvement, Bria guettent comme si ces voyous n’avaient personne pour leur résister.

mombekaPour des crimes de ce genre, on ne donnera pas beaucoup pour connaître le nom des criminels surtout que ce n’est pas tout le PK5 qui est acquis à la cause des bandits. Alors que la ville de Bangui est plongée dans la psychose à cause du meurtre du commandant Marcel MOMBEKA, les langues se sont vite déliées et des noms circulent sans conteste. Selon une source très confidentielle, l’acte porte les empreintes d’un certain Abdoul DANDA qui contrôle le pont YAKITE et toute l’avenue poussière. Et la même source de préciser que ce sont de ses éléments qui ouvert le feu sur le véhicule du Commandant Marcel MOMBEKA.

Mais le moins que l’on puisse dire, c’est que ces ouailles, quoiqu’ils puissent être des drogués, des tueurs en gage, des snippers, ils ne peuvent pas s’attaquer à un haut gradé de l’armée de manière gratuite. Comment savaient-ils que le Commandant Marcel MOMBEKA qui fut l’une des figures de proue de la sécurité de Catherine Samba-Panza allait passer à cet instant là si ce n’est pas un acte préparé ? C’est à ce moment que l’on ne peut que faire un lien avec les agitations de la Minusca. Il y a de cela deux semaines, à l’interne un communiqué de la Minusca demandait à tout le personnel de s’approvisionner afin de ne pas être surpris par la détérioration de la situation sécuritaire dans le pays. Sur la toile, ce fut un grand scandale mais au plan politique, on avait continué de croiser les bras jusqu’ ce triste mardi 04 octobre 2016. On s’est fait avoir parce qu’on pensait que le chaos allait nous envahir à partir du 26 Septembre. Et comme le mois de Septembre est passé sans sang, c’est que le mal a été conjuré. Mais c’est mal connaître les criminels de la Minusca. Les sacrifices humains qu’ils doivent faire, ils ne les oublieront jamais, car il y va de leur survie.

Mais pourquoi s’attaquer à pauvre haut gradé innocent des Forces Armées Centrafricaines (FACAs), même s’il fut un aide de camp de Catherine Samba-Panza ? Les observateurs pensent qu’il y a deux raisons qui le sous-tendent. La première, c’est que depuis deux semaines, les FACAs sont préparation physique intense. Plus de Quatre Cent parmi eux allaient prendre le contrôle de Bangui et au fur et à mesure, les autres allaient déployés dans l’arrière-pays pour défendre la patrie contre les envahisseurs. Or, point n’est besoin que la simple évocation de FACAs fait fuir les forces du mal, la Séléka qui est le bras armé de la Minusca. C’est pour tenir l’image des FACAs en cas de représailles légitimes. La deuxième raison, c’est qu’on est à quelques jours de la rencontre de Bruxelles, un rendez-vous de l’histoire pour les nouvelles autorités. S’il y a embrasement pour le moment, Faustin Archange Touadéra se rendra à la Table Ronde de Bruxelles les pieds dans les chaussons. Et pendant que les criminels ont repris le chemin de crimes au Pk5, à Bria tous les ostrogoths de la Séléka disent être en conclave avec en tête l’idée de la partition du pays.

S’il est permis de rêver, il faut reconnaître que c’est parce qu’on n’a pas encore commencé par inquiéter ces criminels qu’ils croient que tout leur est permis. C’est parce que Faustin Archange Touadéra ne s’est pas encore donné de marquer la présence de l’Etat par l’emploi de la violence légitime que ces petits rats continuent de faire parler d’eux. Le jour où on commencera à ne laisser aucun acte impuni, tous les criminels rentreront dans leurs épaules. A supposer que le Gouvernement ait le courage de rentrer au Pk5 pour cueillir les assassins du Commandant MOMBEKA notamment Abdoul DANDA et ses complices et qu’on les tue sur la place publique, cela servira d’exemple à tous les autres. Que le Président commence à inquiéter tous ces demis dieux et le peuple aura la paix.

Source ::La fraternité, crédit photo RJDH

Comments

comments




Laisser un commentaire