Atteinte à la sureté de l’Etat : les « gants » complotent-elles un coup d’Etat à Bangui ?

Kangbi-ndara/ Les boxeurs professionnels centrafricains préparent-ils de renverser par voie non constitutionnelle le régime démocratique de Faustin Archange Touadera ?  Pour en savoir plus, le domicile de Monsieur Célestin Ngaizo Balalu a reçu dans la nuit du 23 au 24 mai 2017 une patrouille de deux véhicules chargés de policiers et de gendarmes.

boxeLa police et la gendarmerie sous les ordres d’un colonel policier ont fouillé la villa de Balalu hier à 23 heures 55 minutes précises. Motif : enquêter sur les rumeurs d’un coup d’Etat sans tête ni queue en préparation dans cette résidence  occupée contre de l’argent depuis deux semaines par des athlètes boxeurs. La résidence était abandonnée par son propriétaire qui avait évacué sa famille à Sica II depuis le début des récentes crises.

D’après les informations recoupées sur les lieux par Kangbi-ndara, la fédération a eu l’accord de Steve Balalu, fils de Sieur Célestin Ngaizo Balalu avant d’occuper la villa. Or, un certain Paul Sesse alias Antibiotique, lieutenant de l’armée centrafricaine et neveu de Monsieur Balalu, résidant également dans la concession, en serait contre. Il aurait tout manigancé avec l’appui d’un membre connu du bureau sortant de la fédération de boxe pour donner l’alerte d’un coup de force en préparation depuis la résidence de ce monsieur.

Conséquence, la police et la gendarmerie ont procédé aux fouilles de toutes les pièces de la villa pour ne trouver que des athlètes fatigués et endormis avec leurs gants à leurs côtés.

« Le lieutenant qui habite dans la concession en sait quelque chose sur la provenance de cette ignoble rumeur. Allons-nous faire le coup d’Etat avec nos gants et dans le domicile d’un monsieur dont un parent proche est le Directeur de cabinet adjoint du Premier ministre ? », s’interroge Yakangaye Coach national de la boxe

Kangbi-ndara a cherché à entrer en contact dans la soirée avec le colonel de police en charge de la mission nocturne chez Balalu pour avoir de plus amples détails sur les rumeurs mais la communication s’est interrompue. Sans doute pour des raisons techniques, avant qu’une voix féminine programmée réponde : « le poste de votre correspondant est éteint ».

Pour Flavien Kema, président du bureau fédéral de boxe, cette rumeur n’est pas anodine car elle intervient juste la veille du départ des athlètes à Brazzaville où devrait débuter dans les prochains jours le championnat d’Afrique en prélude à la qualification de la coupe du monde. « Nous savons qui sont ceux qui se cachent derrière cette délation qui aurait pu impacter gravement sur le moral de nos athlètes. Le coup est manqué car la date du départ des athlètes est reportée et que nous avions fait recours à un huissier pour constater les faits afin que la justice puisse faire son travail et sortir de l’ombre les auteurs de cette folle rumeur ».

La défense de la fédération de boxe préfère ne rien révéler aux médias sur les informations recueillies par le huissier en attendant le verdict du procès.

Du côté de la présidence et du gouvernement silence radio.

Un coup d’Etat fomenté par des athlètes laissés pour compte par le gouvernement en est une première en République centrafricaine !

Affaire à suivre…

Kangbi-ndara

 

 

 

 

 

 

 

 

Comments

comments




Laisser un commentaire