Atteinte à l’honneur : la défense de Meckassoua prête à porter plainte contre Didacien Kossimatchi et ses complices

Kangbi-ndara.info/ Le collectif des avocats constitués par Abdou Karim Meckassoua, président de l’Assemblée nationale (PAN) de Centrafrique pour la défense de ses intérêts s’engage ce 18 septembre 2017 à Bangui à porter plainte contre Didacien Kossimatchi et ses complices. Une réaction faisant suite aux graves accusations portées contre la personne et l'honneur du PAN par le porte-parole du Comité de soutien au Président Faustin Archange Touadera.

Jpeg

L’affaire est pendante en justice et le président de l’Assemblée nationale encore à l’extérieur du pays pour une mission de travail. Toutefois, la cohorte des avocats défendant les intérêts d’Abdou Karim Meckassoua, dans l’affaire d’un plausible coup d’Etat déjoué en juillet dernier, sort de son mutisme ce lundi matin en mettant à défis l’accusation de bien vouloir fournir les preuves en sa possession pouvant accabler leur client commun.  Faute de preuves, les sept imminents avocats inscrits au barreau de Centrafrique dont les noms suivent : Marie Edith Douzima, Jérome Lavou, Bruno Gbiegba, Guy Dangavo, Albert Panda Gbianimbi, Morel Sangone et Fernand Mande Ndjapou, vont poursuivre en justice Didacien Kossimatchi et ses complices, pour l’heure tapis dans l’ombre.

La poursuite annoncée se justifie par les motifs, punis par le code de procédure pénal centrafricain, suivants: injure, diffamation, outrage, dénonciation calomnieuse, incitation à la haine, à la violence et à la révolte, atteinte à la sûreté intérieure de l’Etat, immixtion sans titre dans les fonctions publiques et associations de malfaiteurs.

A en croire la poule des avocats de Meckassoua, Didacien Kossimatchi jouit d’une certaine protection en amont. « actuellement nommé au poste de Directeur des Examens et Concours de l’Education nationale, poste d’emploi supérieur de l’Etat, dont le titulaire, en principe est soumis à l’obligation de réserve, de neutralité, d’impartialité et de réserve, même lorsqu’il s’exprime dans sa vie privée, sous peine de sanction…Monsieur Kossimatchi fait comme il l’entend, et en rajoute, sans que personne ne le rappelle à l’ordre ».

Il est une évidence, les avocats de Meckassoua affirment disposer d’assez d’éléments sonores, documents et autres confirmant l’implication de plusieurs personnalités centrafricaines dans cette gravicime. Or, rien ne transpire pour l’heure de la discrétion de la défense du PAN.

Jpeg

En effet, le mois de juillet dernier, Didacien Kossimatchi, a organisé deux conférences de presse dans la salle de conférence de la Mairie du 4ème arrondissement de Bangui pour dénoncer la conduite « djihadiste » du président de l’Assemblée Abdou Karim Meckassoua. Didacien Kossimatchi a expliqué aux professionnels de médias que le but est de demander la démission du PAN Abdou Karim Meckassoua pour haute trahison. Il a également cité deux autres élus de nation notamment Aurélien Simplice Zingas, député de Mobaye 1 et 1er Vice-président de l’Asemblée nationale et Thierry Georges Vackat ; député de Mongoumba comme des complices de Meckassoua dans ce complot. Le comble de cette histoire politique, jusqu’à ce jour, les preuves évoquées par Kossimatchi tardent encore à venir. Avec la réplique surprise de la défense de Meckassoua, il n’est point de doute que Kossimatchi fera parler de lui dans les jours qui suivent même si la défense de Meckassoua se révèle d’une grande assurance.

Kangbi-ndara

Comments

comments




Laisser un commentaire