Autoritarisme : « Nul ne doit agir contre ma décision… Après moi, il n’y a personne », Simplice Mathieu Sarandji

Kangbi-ndara.info/ A vouloir prendre sous son bonnet, le secrétaire exécutif national (SEN) du Mouvement cœurs-unis (MCU), Simplice Mathieu Sarandji, pourrait se faire rabattre le caquet pour sa « langue de vipère » dans la Mambéré Kadéï.

C’est le pompon, c’est la totale, c’est politiquement une acte grossièrement regrettable, jugent certains membres du Mouvement cœurs-unis de la sous-préfecture de Carnot dans la Mambéré Kadéï. Au lieu de concilier, de ramener les membres du mouvement à la raison sans frustration, le SEN cavalant seul, a opté pour la mise en valeur de sa personne en restaurateur de l’ordre au sein du MCU de Carnot.

Les sœurs et frères unis de cette localité n’en reviennent pas des mots avancés par le secrétaire exécutif national, Simplice Mathieu Sarandji en mission de consolidation des cellules de bases dans la région et les environs, dans lesquels il a martelé sans ciller des yeux qu’ « Après moi, il n’y a personne ».

A en croire certains militants discrets du MCU de cette ville, ce discours, transpirant le culte de personnalité, prononcé lundi 13 mai 2019 dans la salle de conférence de la Mairie de cette sous-préfecture par le SEN Simplice Mathieu Sarandji entouré à gauche du maire de la ville et à droite de la Préfète de la Mambéré Kadéï, a semé la confusion et ouvert des brèches de méfiance au sein des militants dont certains s’identifient à X et d’autres à Y.

Les partisans du mouvement à Carnot ont appris à leurs dépens l’une des réalités sur lesquelles s’étend lentement le MCU.

Le MCU qui se veut centriste, fédéraliste, fondamentalement soudé entre ses membres piliers afin de rassembler, de créer des ponts politiques susceptibles de garantir la réélection future du Président Faustin Archange Touadera, émet un son confus.

Il n’est point de doute que le SEN, Simplice Mathieu Sarandji, fait le coq pour ne pas se laisser marcher sur les pieds mais, le regard du dehors est irrévérencieux.

« Je te dis une seule chose. Nul ne doit agir contre ma décision. Je parle en ma qualité du Secrétaire exécutif national. Après mois il n’y a personne…J’enverrai quelqu’un pour organiser les élections. C’est ça la démocratie. Finies les cooptations qui engendrent beaucoup de problèmes », a tonné l’ancien directeur de compagne du candidat Faustin Archange Touadera à la présidentielle de 2015, nommé Premier ministre puis lui-même désigné, à l’instar des autres membres du Secrétariat national exécutif, SEN du MCU.

D’aucuns prétendent que la supériorité affichée du SEN Sarandji au sein du MCU, qui impacte fréquemment sur la bonne humeur et l’engagement de certains membres du bureau exécutif national, pourrait coûter les yeux de la tête à la volonté du peuple centrafricain de faire perdurer l’élan politique instauré depuis plus de trois ans par le Président Faustin Archange Touadera.

Un de ceux qui pensent mieux connaitre le SEN du MCU lui prête l’attitude ci-après : « Quand Sarandji a les nerfs à fleur de peau, il lui est naturellement aisé de pousser le bouchon un peu plus loin, peu importe les conséquences ».

Outre l’autoritarisme étalé et la conduite dictatoriale apposée, la méthode Coué du SEN, lors de de la rencontre des adhérents au mouvement dans la ville de Carnot, s’apparente à un plébiscite ou « une cooptation », du Maire Alain Limon, comme point focal du MCU dans la ville. Une pratique que le SEN lui-même tambourine le contraire dans cette localité.   

Auraient raison ceux qui estiment que Sarandji, en voulant toujours bien faire pour que repose sur lui le succès d’un second mandat de Touadera, coupe l’appétit à plus d’un ?

Contrairement aux autres associations politiques existantes en République centrafricaine, le MCU créé le 8 novembre 2018 ne dispose encore d’un bastion proprement dit sur le territoire à l’instar du KNK, du MLPC, du RDC etc.

Très tôt déjà, son Secrétariat exécutif national ne compte aujourd’hui que 9 membres au lieu de 10 en raison de la démission ce mois de mai 2019 du 2e  secrétaire national à la Communication, à l’Information et aux Nouvelles Technologies.

Au regard de cet égo frisant le démesurément, le congrès extraordinaire annoncé du MCU cette fin 2019 n’aurait-il pas raison de la « cooptation » du frère unis Simplice Mathieu Sarandji au poste du Secrétaire exécutif national ?

La rédaction




Laisser un commentaire