Avatar trouble de Josué Hilaire Sambia : Mahamat Zakari, ancien conseiller de la CPJP réagit

Kangbi-ndara.info/ Il est détesté par plus de dix mille centrafricains. Ses prises de positions lui ont valu le rejet des membres d’un grand sur Facebook. L’avatar Josué Hilaire Sambia est-il réellement Mahamat Zakari, ancien conseiller de la Convention des patriotes pour la justice et la paix (CPJP) ?

Kangbi-ndara (KN): Mahamat  Zakari bonjour. Dans le milieu centrafricain sur Facebook, vous êtes cataloguez comme un incitateur à la haine et aux troubles à l’ordre public. Est-ce une autre forme de rébellion ?

Mahamat  Zakari (MZ) : Bonjour. Lorsqu’on veut accuser il faut détenir un minimum de preuves pour faire mouche sinon c’est de la délation pure et simple. Mes accusateurs ont-t-il un support pour justifier les faits qu’ils me reprochent ? Est-ce parce que je porte une tête de turque pour voir en moi le diable ? Au contraire, mon combat est visible et connu de tous, je me bats pour l’unité et la paix dans notre pays.

KN: L’avatar Josué Hilaire Sambia est-il vôtre ?

MZ : Depuis le mois d’octobre que  je me suis déconnecté sur Facebook. Je me suis réactivé hier parce que plusieurs personnes m’ont contacté pour me signaler ce qui se trame négativement en mon nom sur Facebook. J’ai demandé de savoir qui administre ce groupe et c’est ainsi qu’on m’a parlé de vous et je vous ai contacté car les faits son graves et ne me reflètent pas. J’ai plus de cinquante ans et le franc parlé est mon fort pour ceux qui me connaissent. Je ne vois pas pourquoi je vais me livrer à ce jeu d’enfant pour saper mon engagement depuis plus d’une année.

Tous ceux qui sont sur les réseaux cachent parfois leur identité, alors me combiner à ce monsieur est injuste. Je suis un homme politique, je n’ai pas besoin de cacher mon identité si je veux me prononcer sur un sujet donné, je fais face à la presse. C’est  peut-être parce que je me suis un peu mis à l’écart pour m’occuper de mes affaires personnelles  que je devienne encombrant pour certains. Je ne suis pas cette méchante personne.

Ce sont des gens qui veulent créer la zizanie et la confusion qui se livrent à ce jeu ridicule.

J’exhorte  les internautes à se méfier de ces genres de manipulation. J’ai l’intention de porter plainte contre celui qui a divulgué mon image comme étant celui de ce monsieur que je ne connais nullement. Oui, je vais porter plainte contre mon accusateur pour qu’il démontre à la justice en quoi je suis lié à ce profil qui prêche la haine et la terreur dans notre société.

KN: Avez-vous bien identifié celui qui vous accuse pour l’inquiéter ?

MZ : Pas du tout, je porte plainte contre inconnu. Sans doute, les investigations vont nous conduire à ces personnes et nous en saurons un peu plus.

En dessous de quelque chose il y a toujours un objectif politique quelque part .Tout ceci c’est parce que j’aspire à la paix dans mon pays.

J’ai perdu au moins treize membres de ma famille dans les évènements de 2013 à ce jour. Sans compter  des amis et autres. Je n’ai accusé personne mais je laisse le temps au temps et à la justice.

Aujourd’hui nombreux se battent pour ramener la paix mais la violence s’enracine  toujours et cela porte préjudice à l’avenir de notre pays et à nous même.

Je suis dans les cinquantaines et j’ai refusé plusieurs fois des propositions de postes ministériels. Je préfère être libre pour apporter quelque chose à mon pays.

La jeunesse doit faire très attention pour ne pas être emportée par l’émotion. L’attaque  de l’église Fatima nous a été une surprise pour nous profane mais il faut voir ce qui est à l’origine. Cependant il est urgent de préserver l’unité nationale, de nous resserrer et de combattre la division, soyons tous vigilent.

La vraie menace à mon avis ce sont ceux qui se cachent derrière des avatars pour répandre la haine et leurs états d’âmes afin de nuire à autrui et à notre pays. Faisons attention à ceux-là. Ils sont contre la paix et ils se déguisent aux brebis. Faisons attention sur les réseaux sociaux.

KN: Comment appréciez-vous les efforts du gouvernement en ce qui se rapporte au retour de la paix et de la cohésion sociale en Centrafrique?

MZ: La gestion de l’Etat est complexe. Il n’est pas facile d’être tout à la fois. Dans sa logique un individu peut prétendre aboutir à quelque chose de concret mais en regardant autrement il se rend compte que cela peut être un échec. Dans ce cas, il faut du temps pour faire un bilan.

Accuser le gouvernement si tôt n’est pas le bon procédé à mon avis. Ce gouvernement a plusieurs fois fait montre de volonté politique même si certain semble ne pas le percevoir.

Il n’y a pas que le gouvernement qui soit responsable du retour de la paix. C’est aussi un défi pour nous, peuple. Chacun de nous doit s’évertuer en ce sens et les autorités sont là pour bénir l’effort du peuple. S’il y a échec quelques part, il faut chercher les causes.

Le peuple Centrafricain doit comprendre que la paix tant recherchée nous est une affaire de tous .Il lui faut comprendre que toute activité humaine a des hauts et des bas. C’est de voir là où on a fauté pour corriger.

On est fatigué d’enterrer nos morts. Ce qu’a connu notre pays nous a tous atteint dans la chaire. Même ceux qui tiennent les rênes de ce régime ont été atteint donc ne jetons pas la responsabilité un ou plusieurs.

Si j’étais à la place du Président de la République avec toute la complexité des crises que nous traversons, je pense que je ne serais pas à la hauteur de faire comme les autorités actuelles.

KN: Plus de douze milles membres du groupe Kangbi Ndara vous prennent pour Josué Hilaire Sambia. Que leur dites-vous ?

MZ : Je remercie tous ceux qui sont connectés sur Kangbi Ndara. Kangbi Ndara signifie le partage du savoir, alors il est indispensable  de recouper et  vérifier  les informations avant de  les diffuser pour ne pas porter préjudice à autrui et à notre pays.

J’encourage votre initiative et vous le faites bien à mon avis. Derrière un arbre se cache la forêt, faire du mal à un individu peut être déclencheur d’une situation irréversible.

A tous les membres du groupe Kangbi Ndara,  je ne suis pas ce Josué Hilaire Sambia. Il sait pourquoi il se cache derrière un avatar pour déranger la quiétude de ses compatriotes, est-il réellement centrafricain ?

Il y a des gens qui n’aspirent pas à la paix .Je trouve en moi  l’homme qui ne fléchit pas et qui n’a pas sa langue dans la poche pour dire la vérité lorsqu’il  fallait  le dire. Vu que je me suis mis à l’écart, certaines personnes jettent tristement leur dévolu sur moi.

Je réitère que je ne suis pas cet ennemi du vivre ensemble. J’aspire à la paix dans notre pays en partage et notre avenir ne dépend que de cette paix.

KN : Mahamat Zackari je vous remercie

MZ : C’est à moi de vous remercier pour votre ouverture d’esprit  et la recherche de la vérité.

                                                         Propos recueillis par Johnny Yannick Nalimo




Laisser un commentaire