Bangui : quelques raisons de tentative d’assassinat du ministre Nicaise Samedi Karnou

Kangbi-ndara.com / Cela peut paraitre certainement bizarre pour certains, mais il est vrai que le ministre de la sécurité publique M. Nicaise KARNOU SAMEDI a échappé vendredi dernier à une tentative d’assassinat. Certains ont dit que c’est une tentative d’enlèvement, mais à dire vrai, un jeune musulman d’une trentaine d’années avec une arme blanche en main a voulu écourter la vie du ministre KARNOU à peine nommé à la tête du département de la sécurité publique.

La piste d’un acte crapuleux

Nicaise DamediA peine informés, certains Centrafricains pensaient à un acte crapuleux. Cloitrés depuis des années au KM5, certains jeunes centrafricains musulmans veulent eux aussi allé se distraire dans d’autres quartiers de la capitale, échangée avec des amis. Mais la lenteur dans le processus de réconciliation ne favorise pas cette opportunité.

Acte politique prémédité?

C’est la principale piste vers laquelle tous les yeux sont tournés pour le moment. Surtout que ce jeune musulman serait un proche de l’ex ministre et ex séléka Mahamat Ousmane Mahamat. Depuis Mars, ce dernier avait été cloué dans la geôle de la SRI à Bangui et ce, pour « détention illégale d’armes de guerre ».

 L’ancien ministre serait aussi accusé d’avoir recruté un homme (un Malien) qui servirait d’intermédiaire entre l’ancien ministre ex-séléka et les tueurs (les Texas) du KM5. Aussi, le mal du ministre de la sécurité vient de sa volonté réelle de mettre un terme aux banditismes et autres actes nuisibles sur l’étendue du territoire centrafricain. Après sa nomination à la tête de ce vaste ministère, M. SAMEDI KARNOU Nicaise a fait de la chasse aux bandits armés, son cheval de bataille.

N’en déplaise à ceux qui pensent que l’insécurité devra toujours régner en Centrafrique.

Pour le moment, le parquet de Bangui ne s’est pas encore prononcé sur le sort de l’ancien ministre Mahamat Ousmane Mahamat. Espérons que cette tentative d’assassinat ne viendra pas amoindrir les efforts du Ministre à mettre fin à l’impunité en Centrafrique.

Saint Régis ZOUMIRI