Bangui : un inquiétant bunker construit au lycée français Charles De Gaulle

Kangbi-ndara.info/ Sécurité renforcée au lycée Charles De Gaulle de Bangui. L’établissement se dote d’un abri anti aérien fait de béton. Plusieurs parents d’enfants inscrits dans cet institut veulent en savoir davantage.

Le ramadan est passé. La capitale centrafricaine baigne dans une tranquillité permettant à la rue de répandre des rumeurs inquiétantes.

La récente mise en place d’une coalition, des partis politiques et de certaines associations de la société civile, baptisée en langue nationale « E Zingo Biani », justifiant son existence par la dénonciation des dérives du pouvoir en place,nourrit davantage ces inquiétudes.

Entre autres rumeurs alimentant la psychose, une se confirme. Celle de la construction d’un bunker au lycée Charles De Gaulle (CDG) de Bangui.

Évidemment, un fort en béton armé s’y construit depuis des mois. Une confirmation obtenue auprès des lycéens du CDG. Ils affirment que leurs parents ne sont pas informés du bunker en construction.

Quelques parents confirment n’être pas au courant de la situation.

Selon les informations en notre possession, il s’agirait d’un bunker hors sol muni d’un abri anti-aérien du type Regelbau. Une forteresse capable de tenir dans la durée, plusieurs personnes, à l’abri de plusieurs types de dangers.

Les autorités sécuritaires centrafricaines se posent les questions suivantes : pourquoi construire une casemate au CDG ? Que prépare encore la France en République centrafricaine ? Contre quel type de danger veulent-ils protéger les enfants ?

Prudemment et brièvement, une lycéenne du CDG, d’un âge majeur, rencontrée hors du cadre académique d’avancer les mots ci-dessous.

« C’est une question de sécurité, je pense. Nous devrions bien être protégés au cas où ».

Pour le Banguissois lambda, ce bunker est un mauvais présage en raison du cliché que les Centrafricains gardent de la France depuis l’après mission Sangaris.  

Un bunker dans un établissement d’enseignement privé à Bangui est une première. Une première au moment où des soupçons s’intensifient contre la France.

Johnny Yannick Nalimo




Laisser un commentaire