Barrière illégale : un cupide général ex-Séléka fait parler de lui dans la Ouaka

ddd

Kangbi-ndara.info/  Les ex-combattants de la Séléka sont encore présents et militairement actifs dans la Centre et l’Est de la République Centrafricaine. Sur une barrière à Alindao, un général Séléka demande une rançon de dix millions pour libérer deux camions civils bloqués.

C’est sur Radio Ndeke Luka (RNL) ce matin 14 avril 2016 qu’un transporteur centrafricain se plaint de la cupidité affichée d’un général ex Séléka dans la ville d’Alindao.

D’après les faits rapportés par ce transporteur, le général Séléka en question bloqué deux camions chargés essentiellement de produits agricoles à la hauteur d’une barrière illégale à Alindao. Pour la libération des deux camions de commerce, le commando Séléka recommande d’abord aux conducteurs un montant d’un million avant de rendre son verdict à la somme de cinq millions par véhicule. Dans l’impossibilité de répondre à l’attente de ce chef de guerre érigé en agent-barrière, l’un des deux conducteurs a dû vendre dans la ville d’Alindao sa cargaison à vile prix pour présenter un million de FCFA au général (environ 650 euros). Ce conducteur obtient gain de cause mais le conducteur du second camion se doit de verser la totalité des cinq millions (environ 3250 euros) telle est l’ordre donné par le chef Séléka. Devant l’impossible nul n’est tenu. Alerté de la ville d’Alindao, le transporteur dont le nom est mentionné sur les cartes grises des camions et qui réside Bangui n’a d’autres alternatives que de dénoncer la cupidité de ce général Séléka sur RNL. Le transporteur d’ajouter que l’autre camion requis par le commando serait acheminé dans la ville de Bambari tandis que le conducteur reste détenu quelque part dans la région de la Ouaka Il exige la mise en liberté de son chauffeur et de son camion.

Si la paix est palpable à Bangui et dans certaines villes de l’Ouest, du Sud, du Centre-sud et du Nord-ouest, ce n’est pas le cas dans plusieurs villes de l’Est et du Nord-est où l’ex Séléka règne encore en maitre. Une réalité bien connue des nouvelles autorités qu’elles devraient prendre à bras le corps afin de garantir la libre circulation sur toute l’étendue du territoire nationale.

Kangbi-ndara

Comments

comments




Laisser un commentaire