Berberati : la viande qui rend fou se vend à partir de 100 FCFA

Contrairement à Bangui et de nombreuses villes de provinces ou le prix du kilo de la viande de bœuf à flambé en raison de la crise, à Berberati (l’une des principales de l’Ouest) les habitants s’en procurent à de vils prix.

Evaluation-de-la-pression-anthropique-et-son-impact-sur-la-faune-dans-les-zone-dintert-cyneg14Selon, Romy Balcilia, une habitante de la ville contactée par la rédaction Kangbi-Ndara, le prix de la viande de bœuf a considérablement chuté à Berberati et ses environs depuis près d’un mois tandis que les légumes et certains produits de premières nécessités coutent excessivement cher. Quatre petits morceaux de viande boucanée d’environs 800 g se vendent à 100 FCFA (soit environ 0.15 euros) au Marché Central de Berberati. Le prix du kilo reste inchangé (2000 FCFA soit environs 2 euros). L’appellation locale inexpliquée de cette viande boucanée est : « Sorobondo ».

D’après la source, Sorobondo provient essentiellement des bœufs volés aux éleveurs. Les rumeurs racontent également qu'au début les Antis Balakas vendraient un bœuf entier à 10 000 FCFA (soit environs 15 euros) dans cette région centrafricaine. « Donc, ils abattent en brousse, les gens achètent et font sécher puis ramènent en ville pour vendre, tout le monde y trouve son compte! C’est le Sorobondo », ironise la jeune habitante.

Par ailleurs, elle tient à préciser que des troubles sanitaires comme la diarrhée ou les vomissements liés à la consommation de Sorobondo ne sont pas encore signalés par les services de santé de la ville. En outre, l’on enregistre déjà plusieurs cas de folie chez certains habitants de la zone. Pour certains habitants qui se sont abstenus d’acheter de la viande à bas prix, le Sorobondo est une viande maudite. Les éleveurs auraient fait recours à des pratiques spirites afin que leurs ravisseurs, les voleurs de bétail, paient le lourd tribut.  

Kangbi Ndara

 

 

Comments

comments




Laisser un commentaire