Bonne gouvernance : le Conseiller à la présidence Jean-Baptiste Koba a-t-il prit un pot-de-vin de 300.000 dollars ?

Kangbi-ndara.info/ Le Conseiller en matière  d’investissements à la présidence centrafricaine est régulièrement cité par les journaux de la place dans des affaires dont le fondement repose sur la concurrence des entreprises courtisant la sécurisation des documents administratifs centrafricains.

En effet, il est ici question d’une entreprise israélienne attirée par le marché de la conception et de la sécurisation des documents administratifs centrafricains. Cette importante entreprise israélienne, comme bien d’autres intéressées par ce marché, est normalement introduite au Chef d’Etat Faustin Archange Touadera par le Conseiller Jean-Baptiste Koba. A en croire les informateurs de Kangbi-ndara, l’exception dans le cas suivant est le fait que le conseiller du Président en matière d’investissement aurait empoché un pactole de 300.000 dollars, soit plus de 1 milliards et demi, de facilitation des mains desdits israéliens. Nos sources de poursuivre que la nouvelle de cette faute professionnelle grave a été révélée au Chef d’Etat par les israéliens eux-mêmes. Et depuis lors, le torchon  bruleraitentre le Chef d’Etat et son conseiller en matière d'investissement.

Kangbi-ndara a eu le Conseiller Jean-Baptiste Koba au téléphone le 02 août 2017. Monsieur Koba récuse formellement ces allégations. Il reconnait avoir introduit auprès du Président Touadera les israéliens en question mais n’a jamais reçu d’eux un rond comme l’affirme la rumeur.  Monsieur Koba nie aussi avoir des relations tendues avec le Chef d’Etat pour des raisons liées à ses attributions de conseiller en matière d’investissements. Il affirme connaitre la source de cette « diffamation » et de cette information « fantaisiste » qui proviendrait sans doute d’une société concurrente dans ce domaine.

Jean-Baptiste Koba précise aussi que ses détracteurs ne voient que les israéliens comme la concurrence sérieuse alors qu'il y a bien d’autres entreprises plus sérieuses en lice.  A en croire Monsieur Koba, ses détracteurs ne suivent que ses postes sur tweeter pour ensuite lancer la guérilla médiatique à son encontre.

Il convient d’indiquer dans cet article que Monsieur Koba a fait montre d’une coopération remarquable en facilitant le traitement de cet article en décrochant tous les appels en vue d’avoir plus des détails sur cette affaire.

Toutefois, la rédaction de Kangbi-ndara continuera de suivre de près ce dossier à fin d’éclairer du jour au lendemain la lanterne de ses lecteurs sur les dérives de bonne gouvernance liées aux pots-de-vin au sommet de l’Etat.              

Johnny Yannick Nalimo

 

 

 

Comments

comments




Laisser un commentaire