Cameroun : malentendu sur les 10 millions de FCFA remis par Catherine Samba-Panza

 Kangbi-ndara.com /  La Présidente de la Transition par intérim Catherine Samba-Panza a remis la somme de 10 millions de FCFA (soit environ 15 300 euros) à la communauté centrafricaine au Cameroun. Une somme qui a failli créer de fortes tensions dans ladite communauté.

fcfa

Selon certaines sources, la Présidente Samba-Panza a lors de son bref passage à Yaoundé, le lundi septembre, fait un geste symbolique de 10 millions de FCFA à partager entre les différentes associations constituantes de la communauté centrafricaine du Cameroun.

Surpris, plusieurs membres de la communauté qui se voyaient déjà dans le partage de la gratuité pécuniaire de Mme Samba-Panza se sont vus finalement marginaliser.

« La conduite de nos autorités diplomatiques est inacceptable. L’ambassadeur a pris 6 millions prétextant que c’est pour les besoins de l’ambassade. Le consul a raflé le reste des 4 millions avec le même prétexte. Et, si la Présidente n’était pas passée par ici, où vont-ils trouver de l’argent pour palier les problèmes qu’ils inventent ? » s’est indigné un membre de la communauté résident à Douala. Ce dernier a affirmé ne rien percevoir des 10 millions en dépit du long voyage qu’il a effectué, à ses frais, pour se rendre à Yaoundé spécialement afin d’accueillir l’arrivée de la Présidente de la Transition en Centrafrique.

Joint au téléphone par Kangbi-Ndara, Bawa Godobé, le consul de la République centrafricaine à Douala d’évoquer un malentendu. Selon lui, l’enveloppe remise par Samba-Panza est exclusivement destinée aux trésoreries de l’ambassade et de l’institution consulaire. « La Présidente a donné cette argent pour le fonctionnement de l’ambassade  et du consulat », a précisé le chef de la communauté centrafricaine de Douala.

Par ailleurs, après les transites à Yaoundé au Cameroun et Paris en France, la Présidente Catherine Samba-Panza est actuellement aux Etats-Unis, principalement à Washington pour trois jours. La Présidente serait reçue par les autorités américaines avant de poursuivre demain son périple à New York où  elle est invitée pour discuter de la crise centrafricaine en marge de l’Assemblée générale des Nations Unis.

Johnny Yannick Nalimo  

Comments

comments




Laisser un commentaire