Candidature à la présidentielle : Fidèle Gouandjika s’affiche ondoyant

Kangbi-ndara.com / L’évènementiel animateur de la vie politique centrafricaine, Fidèle Gouandjika, après s’être autoproclamé, à peine trois mois passés, candidat à la disqualification au nom de la démocratie se dit de nouveau candidat à la présidentielle de 2015 en République centrafricaine.

pdg mgfEn Août dernier,  le Président Directeur Général des Maisons Gouandjika et Fils (MGF) Mr Fidèle Gouandjika, ancien ministre de l’Agriculture et du Développement Rural, en faveur de l’alternance générationnelle disait : « Toute cette pourriture (ndlr, ceux qui ont géré hier et qui en veulent encore) doit quitter la vie politique, moi y compris…C'est mon combat… ».

Aujourd’hui, l’« l’inoxydable »  Gouandjika, sur son mur Facebook, son principal canal de communication, dit : «… j'ai décidé, en ma qualité d'Homme d'Etat de la République, de me présenter aux toutes prochaines élections présidentielles de février 2015 ».

Que peut-il bien expliquer cette péripétie ? La réponse, le politicien ondoyant l’a si bien fourni en ces termes : « Je suis enfin rentré deux fois au pays après 18 mois d'exil. J'y suis resté plus de 4 semaines…J'ai vu et vécu le drame et la misère dans lesquels croupissent mes chers compatriotes depuis le 24 mars 2013 jusqu'aujourd'hui.  Et cela malgré la présence massive de la communauté internationale, de leurs apports multiformes et surtout de leurs puissantes forces armées qui peinent à ramener la paix, la sécurité et la quiétude chez nous. Vu le profond désespoir de mon peuple qui s'enfonce de plus en plus dans l'extrême pauvreté et la misère; Vu que je ne puis rester insensible à leur cri de détresse et à leur appel pressant; Vu qu'on ne doit pas attendre une éternité pour organiser les élections législatives et présidentielles en Centrafrique sous prétexte qu'elles sont conditionnées par un quelconque retour de la paix et de la sécurité ».

Dans son papillonnage politique, Fidèle Gouandjika sollicite plus que tout le concours de la « vraie » jeunesse  centrafricaine. « J'appelle donc à une adhésion massive des vraies filles et vrais fils de la Patrie autour des idéaux du patriotisme et de nationalisme pour qu'ensemble nous bâtissions en toute indépendance et souveraineté notre nouvelle Centrafrique où il fera bon vivre », a-t-il précisé.  

L’on peut ne pas prendre le PDG de MGF au sérieux en raison de sa variabilité oratoire mais l’homme est si malicieux derrière son slogan fétiche : « I yeke mou ndo kouè ! », qui signifie littéralement « Nous allons occuper tout le territoire ».

Johnny Yannick Nalimo

Comments

comments




Laisser un commentaire