Carambolage Zingas-Nzapayeke : Nzapayeke dénonce un trafic sur la version originale de sa plainte

Kangbi-ndara.info/ Il récuse avoir cité nommément le premier Vice-président de l’Assemblée nationale ni avoir employé le terme « saoulé  »  dans la version originale de sa plainte « écrite pour un traitement purement administratif « . L’ambassadeur de Centrafrique en Afrique du Sud signale que la version divulguée sur les réseaux sociaux n’est pas conforme à l’orinale.

« A mes Cher(e)s ami(e)s facebook et à ceux qui suivent mes activités. Je constate que depuis le mercredi 25 octobre, une plainte visant le 1er Vice-Président de l’Assemblée Nationale circule sur les réseaux sociaux et suscite beaucoup de remous. La note qui circule m’a été attribuée. Sur ce je voudrais dire ce qui suit:

  1. Oui, il y a eu agression physique et verbale contre ma personne de la part d’une haute autorité de l’Etat, une agression honteuse qui ne fait la fierté de personne;
  2. Oui, j’ai envoyé une plainte aux autorités concernées et je suis en attente de leur réaction.
  3. Oui, j’ignore comment cette note a fuité dans les réseaux sociaux. Elle était écrite pour un traitement purement administratif.
  4. Oui, je confirme après examen de la version diffusée, que ce n’est pas celle qui a été envoyée aux autorités de la nation. Etant envoyée sous forme d’email non sécurisé, le document original a été modifié et on y retrouve des coquilles, des mots et des tournures qui n’existent pas dans la version originale. Par exemple, dans la version originale, nulle part le prénom du Premier Vice-président n’a été utilisé, ni le terme saoulés et d’autres encore. Il y a donc eu bel bien tripatouillage.
  5. Par contre, le fonds, c’est-à-dire le problème posé, est conforme au document que j’ai écrit.

Merci à ceux qui sont disposés à écouter avec sérénité », lit-on encore sur son mur Facebook.

NDLR : A quelle fin la plainte de l’Ambassadeur Nzapayeke a-t-elle été trafiquée avant d’être vulgarisée sur les réseaux sociaux ? Qui en dehors de l’Ambassadeur a fuité le mail envoyé aux plus hautes Autorités nationales ?

Fort des informations en possession de Kangbi-ndara, il est probable que les vérités et les contre vérités qui gravitent autour de cette histoire n’ont qu’un seul but : décauser le 1er Vice-président de l’Assemblée nationale pour l’élaguer du prochain bureau de l’Assemblée. Une certaine classe politique centrafricaine est fort persuadée que la silhouette d’un gabarit tapis dans l’ombre, ne voulant plus de Zingas comme 1er Vice-président pour une raison ou une autre, est perçue devant l’ordinateur expédiant la plainte de l’Ambassadeur Nzapayeke à Jeune Afrique. Si l’on a connaissance de la réaction du Chef de l’Etat sur cette affaire, l’on ne sait encore celle du Président de l’Assemblée nationale. Cette plainte mettra-t-elle fin à la brachiation de Zingas pour conserver une nouvelle fois sa chaise de Vice-président ?

Kangbi-ndara

Comments

comments




Laisser un commentaire