Catherine Samba-Panza : « Je décréterais exceptionnellement des journées de deuil national…»

Kangbi-ndara.info / Des mots sans doute attendus par les  proches des victimes innocentes des représailles armées qui ont fait plusieurs dizaines de morts ont été ceux choisis par la Présidente Catherine Samba-Panza dans son discours de circonstance à la nation du 30 septembre 2015. Un discours à la « Taichi master ».

Même si de l’avis de beaucoup la présidente de la transition n’a jusqu’ici fait preuve de tact et d’éloquence dans ses prises de paroles à la nation, son message d’hier a su trouver sa place chez de nombreux centrafricains et étrangères touché directement ou indirectement par les incidents ayant coûté des vies et des pertes de biens matériel

cdsp« Je voudrais exprimer toute mon admiration et la reconnaissance des autorités de la transition aux forces internationales (MINUSCA et Sangaris) qui ont su s'interposer, au prix de leur vie, pour éviter que les Centrafricains ne s'entretuent … Je voudrais exprimer toute ma sympathie aux ONG humanitaires dont les biens ont été pillés mais qui demeurent au chevet des populations centrafricaines en détresse… Je décréterais exceptionnellement des journées de deuil national avec drapeau en bernes sur toute l’étendue du territoire nationale en mémoire de toutes les victimes innocentes de ce massacre », extrait de l’adresse à la nation de Samba-Panza.

Dans ce discours, la présidente a employé le terme « coup de force » pour qualifier les évènements qui ont causé de nombreuses pertes en vie humaine et qui ont touché certaines « institutions de l’Etat ». « La nature politique de ces évènements est évidente. Il s'agissait ni plus ni moins d'une tentative de prise de pouvoir par la force. Une manipulation savamment orchestrée d'une partie de la population à se soulever et à faire resurgir les conflits interconfessionnels est manifeste, avec en toile de fond, le soulèvement de la population contre les forces internationales et contre la France ».

En effet, dans cette adresse à la nation, Samba-Panza, n’a pas seulement réconforté les uns et les autres car elle a placé des mots qui arrosent à profit son champ relationnel avec la France et la Communauté internationale en plaçant ses « détracteurs » dans le collimateur de l’extérieur.  « Une manipulation savamment orchestrée…, avec en toile de fond, le soulèvement de la population contre les forces internationales et contre la France ».

Comme le souhaite de nombreux Banguissois, la Présidente a conclu son discours en invitant toute la population à reprendre le chemin du travail. « Je demande aux Forces Nationales de Sécurité et à la MINUSCA d’assurer la sécurité effective de cette reprise du travail, sur toute l’étendue du territoire ».

Johnny Yannick Nalimo

Comments

comments




Laisser un commentaire