Célébration 08 mars : la CPI réaffirme son engagement à mettre fin aux crimes sexuels et à caractère sexiste

Kangbi-ndara.com / Aujourd'hui, le 8 mars 2015, la Cour pénale internationale (« CPI » ou la « Cour ») se joint à tous ceux autour du monde qui, nombreux, marquent la Journée internationale de la femme et réaffirme son engagement en faveur de la responsabilité des auteurs de crimes sexuels et à caractère sexiste.

cpiUne seule femme soumise à la violence est une de trop. Les femmes sont les principales victimes de crimes sexuels et sexistes dans les conflits à travers le monde avec une fréquence et une violence alarmante. Mettre un terme à la culture de discrimination qui permet aux crimes sexuels et sexistes de persister nécessite nos efforts collectifs. Nous ne pouvons et ne devons pas rester silencieux. Notre voix collective s’exprimant en faveur des victimes, notre volonté d'agir, notre détermination à mettre fin au cycle de la violence contre les femmes et notre engagement en faveur de la responsabilité des auteurs à travers un processus judiciaire solide et crédible, doivent rester fermes et sans relâche.

Le Statut de Rome est le traité international le plus complet dans sa reconnaissance des différentes formes de crimes sexuels et sexistes comme relevant des crimes les plus graves au regard du droit international, y compris le viol, l’esclavage sexuel, le mariage forcé, la grossesse forcée, la prostitution forcée et les persécutions sexistes. À ce jour, des charges de crimes sexuels et à caractère sexiste ont été présentées dans 70 pour cent des affaires devant la CPI.

L'enquête et la poursuite de ces crimes est une priorité essentielle pour le Bureau du Procureur de la CPI. En 2014, le Procureur a adopté un Document de politique générale relatif aux crimes sexuels et à caractère sexiste qui oriente l’action de son Bureau dans la lutte contre l’impunité pour ces crimes odieux. En enquêtant et en poursuivant les crimes sexuels et à caractère sexiste lorsque la Cour est compétente et que les systèmes judiciaires nationaux n’ont pas la capacité ou la volonté de le faire, la CPI contribue à la prévention et la dissuasion de ces crimes.

En cette journée internationale de la femme, la Cour appelle à un soutien accru des États et autres parties prenantes à travers le monde et les exhorte à proclamer d'une seule voix que les crimes sexuels et à caractère sexiste ne seront plus tolérés, et que nous poursuivrons sans relâche ceux qui déchirent violemment le tissu social de la société par ces crimes odieux. Mettre fin aux crimes sexuels et sexistes doit être une priorité pour la communauté internationale. Les défis sont certes nombreux, mais par le biais de nos efforts communs, nous avons l’obligation de réussir.

Recueilli par Pierre INZA