CENTRAFRICAINS : SOYONS PRAGMATIQUES ?

A  l'heure où de plus en plus de Centrafricains  sont  épis  de paix, se posent  la question de savoir à quand la fin de cette CRISE POLITICO-MILITAIRE ?

Qu'est-ce que veut dire être pragmatique ?

Cela veut dire ramener les choses au niveau de la réalité concrète.
C'est aussi penser en termes d'actions  soyez réalistes autorités de la Transition Centrafricaine Passer de la parole aux actes.

image001En laissant trop souvent le pouvoir à nos émotions, nous manquons souvent de pragmatisme, donc de clarté pour prendre les bonnes décisions dans le cadre de l’intérêt général du peuple Centrafricain.  Nous avons tous fait l'expérience désastreuse des décisions prises dans la colère ou le chagrin! Nous sommes sur terre pour vivre dans le réel. Et tout ce qui nous en éloigne doit être évité le plus possible (la haine, le népotisme, le favoritisme, l’impunité, la corruption l’hypocrisie et la vengeance aveugle sont à bannir  dans la nouvelle Centrafrique) . Ce  qui atteste le souci d'être proche du concret, du particulier, de l'action et opposé aux idées abstraites et vagues de l'intellectualisme.

La situation devient franchement insupportable pour les Centrafricains nous voulons tous que les signataires des accords de la cessation des hostilités puissent être pragmatique en effectuant des missions sur le terrain pour donner plus d’informations aux combattants sur les différentes clauses de l’accord. D'abord parce que leur situation est désormais invivable mais aussi parce que l'on doit  'accentuer des pressions sur les signataires à respecter leurs engagements tenus à Brazzaville au Congo. Nos  autorités  devraient opter  pour la  réduction  des trains de vie de l’Etat afin d’économiser  des ressources  importantes pour venir en aide aux déplacés  internes. Car il est évident pour nous que la solution ne pourra venir que des  Centrafricains  eux-mêmes. Il nous semble inévitable qu'il y ait une gestion participation des choses publiques en associant la jeunesse moteur du développement d’un pays. Cela permettra de créer un climat serein, apaisé et avec la gestion d’une transition consensuelle et participative. Personne n’a le titre foncier de la  Centrafrique ce pays appartient à tous les Centrafricains.

SIMON KOITOUA

Comments

comments




Laisser un commentaire