Centrafrique : au moins 10 éléphants tués au Parc ECOFAC à Ngoto

Kangbi-ndara.com / La survie de rares pachydermes du Parc Ngoto, dans la Préfecture de la Lobaye (Sud) est menacée. Des témoins dénombrent au moins dix éléphants abattus par des braconniers soudanais assimilés aux combattants de l’ex rébellion de la Séléka.

éléphant tués RCASelon les services de renseignement de la Gendarmerie centrafricaine, cinq habitants du Village Ngoto ont été pris en otage par quatre sujets identifiés comme des soudanais issus de l’ex-Séléka. Seulement deux ont réussi à s’échapper des mains de leurs ravisseurs en septembre dernier.

D’après les témoignages d’un des deux évadés rapportés à Kangbi-ndara par un officier de la Gendarmerie Nationale, la présence de ces braconniers dans le secteur se justifie par le trafic d'ivoires des pachydermes qu’ils auraient déjà abattu plus d’une dizaine dont de nombreux éléphanteaux. « Seules les défenses en ivoire intéressent ces bandits », précise le gendarme centrafricain.

L’an dernier, au moins 26 éléphants ont été abattus par des braconniers dans la forêt Zanga-Sangha, baie classée au patrimoine mondiale de l’humanité par l’UNESCO. Dans cette réserve l’ONG Wildlife Conservation Society a recensé environ 1000 éléphants en 2012.  Un nombre qui serait sans doute revue en baisse en raison l’abattage incontrôlé depuis le début de la crise.

Par ce énième massacre en République centrafricaine, mais surtout de la recrudescence du braconnage des éléphants en Afrique centrale et Australe, les défenseurs de l’environnement auraient du pain sur la planche à enrayer le trafic d’ivoire et d’assurer la protection du reste des quelques 500 000 pachydermes d’Afrique.

Johnny Yannick Nalimo

Comments

comments




Laisser un commentaire