Centrafrique : au moins 37 personnes tuées dans le Nord par des éléments de l’ex-Séléka

(Kangbi-ndara) L’attaque armée des villages bordant l’axe Kaga-Bandoro-Mbrès dans la Préfecture de la Nana-Gribizi (Nord) par des hommes armés assimilés aux éléments de l’ex Séléka a fait au moins 37 morts d’après des sources religieuses et militaires.

Centrafrique2Joint au téléphone, un religieux centrafricain officiant à M'Brès a affirmé ce matin qu’il y a eu des attaques repétitives les mercredi, jeudi et vendredi dernier sur l'axe Kaga-Bandoro-M'Brès, le bilan fait aujourd'hui état d’au moins 37 personnes tuées par des éléments de l’ex-Séléka, contrôlant cette région depuis plusieurs mois. " C'est à Doukouma qu'ils ont tué le plus de personnes" a indiqué cette source.

Un officier de la Gendarmerie centrafricaine contacté ce matin 17 août par Kangbi-ndara a confirmé qu'il y a eu au moins 37 morts d'après ses renseignements à M'Brès.

A Xinhua, El Hadj Abakar Ben Ousmane le préfet de la Ouaka, préfecture voisine de la Nana-Gribizi, et Djouma Narkoyo, porte-parole de l’état-major de l’ex-Séléka, ont formellement démentie l’information se rapportant à une attaque de l’ex-Séléka dans la zone se situe. Il s’agit de « fausses rumeurs », propos du préfet de Bambari rapportés par Xinhua.

Du côté des autorités centrafricaines, Anicet Clément Guiyama Massogo, porte parole de la présidence centrafricaine a également attesté cette agression meurtrière, à l’agence de presse chinoise sus citée, en évoquant « une trentaine de mort…sans doute perpétrée par les ex-Séléka ».

D’après les informations de Kangbi-ndara, il s’agit du général Yaya de l’ex-Séléka et ses éléments qui ont assailli de nombreux villages dont le Village Doukouma en représailles suite à l’assassinat de deux musulmans commis par des brigands non identifiés, non loin dudit village. Les  malfaiteurs auraient pris 8 millions de FCFA (soit environ 12200 euros). par devers les deux musulmans tués ainsi que leurs motos.

Depuis vendredi, jours de l’incident meurtrier, la population de Mbrès, sous le contrôle militaire de l’ex-Séléka, est encore endeuillée.

Johnny Yannick Nalimo

Comments

comments




Laisser un commentaire