Centrafrique : ‘‘Aucun plan de sortie de crise concocté de l’extérieur ne peut garantir la paix en RCA’’ dixit Eddy Kparekouti

Le président du Parti de l’Unité et de la Reconstruction (P.U.R), Eddy Symphorien Kparekouti, a déclaré à l’issue de l’Assemblée générale constitutive de son parti  «qu’aucun plan de sortie de crise concocté de l’extérieur du pays ne peut garantir la paix, la concorde et la réconciliation nationale en Centrafrique ».
 
Eddy Kpare« Aujourd’hui, notre pays est dangereusement exposé aux velléités de la partition et de la sécession, préjudiciables à l’existence et au fondement de notre patrie » en tant qu’Etat-nation et Etat souverain », a clamé le président du PUR qui ajoute que son parti apparaît à l’heure actuelle comme « l’Arche de Noé » qui sauva en son temps, l’humanité de la destruction.
Pour cela, Eddy Symphorien Kparekouti, paraphrasant Victor Cousin dans son discours sur l’histoire de la philosophie en 1828, précise que le Centrafrique n’a pas besoin d’un « grand homme » pour le sauver.
 
« Un grand homme n’est pas un individu en tant que grand homme, sa fortune est de représenter mieux qu’aucun autre homme de son temps, les idées de ce temps… ».
Des idées de notre temps, affirme le président du PUR sont aujourd’hui portés par son parti qui centrera ses actions sur le développement humain. Autrement dit, la formation de l’être humain pour un désenclavement des esprits sera au cœur des actions de ce jeune parti. Tant, précise son président, c’est en procédant à ce désenclavement mental qu’il y’aura une prise de conscience nationale, préalable à toute action de développement.
 
Lesquelles actions seront centrées sur la lutte tous azimuts contre la mauvaise gouvernance, la discrimination sous toutes ses formes, la confiscation du pouvoir au profit d’un groupuscule ethnique, le népotisme, le tribalisme, l’affairisme outrancier qui ont toujours caractérisé la classe politique centrafricaine.
Une classe politique qui, d’ici peu et c’est le souhait du PUR, est appelée à se renouveler pour l’émergence d’une nouvelle classe d’hommes politiques intègres, compétents et réellement engagés pour la défense de l’intérêt général.
 
A court terme et urgence politique du moment oblige, le PUR, selon son président prend acte de la nomination du premier ministre Mahamat Kamoun et de la mise en place de son gouvernement mais se réserve le droit sous trois mois d’apprécier ce qu’apportera au peuple centrafricain ce gouvernement en termes de paix, de concorde nationale et de sécurité sur l’ensemble du territoire national.
 

Fleury Koursany-kangbi-ndara.info

Comments

comments




Laisser un commentaire