Centrafrique : Bambari à feu, Le Drian refuse de s’y rendre

Henri Grothe (Kangbi-ndara.net) En raison de l'attaque, hier, de la Cathédrale Saint Joseph de Bambari, chef lieu de la Ouaka, le Pro-consul français Jean Yves Ledrian, qui devait se rendre à Bambari, a décommandé son voyage, pourtant programmé pour cette matinée du mardi 8 juillet. Officiellement pour des "raisons météo".

le-drianHier, lundi 7 juillet 2014, en fin de journée, pendant plus de trois heures, prétextant y déloger des Anti-Balaka, la Séléka a attaqué la cathédrale Saint Joseph de Bambari et tout le domaine de l'Évêché, causant un carnage de plus d'une cinquantaine de morts, de nombreux blessés, dont des enfants et des femmes, près d'une vingtaine de femmes violées et des dégâts matériels incalculables.
En dehors des religieux, toutes ces victimes s'étaient réfugiées sur le domaine de l'Évêché alors qu'elles avaient fui les hostilités introduites dans cette ville par l'installation de l'État-major de la Séléka, suite au conclave de N'Délé.

Après l'Ouest-centrafricain, c'est maintenant l'Est qui devient un enfer orchestré par la Séléka. Toujours elle!
Ce carnage de Bambari fait suite aux tueries Séléka répétées dans la région de la Ouaka, sans oublier les découvertes de charniers dans la ville; à l'exemple du massacre de Ngakobo, des charniers du fleuve Ouaka et de l'État-major Séléka.
Chassés de Bangui et de l'Ouest Centrafricain par les Anti-Balaka, la Séléka se donne à cœur joie, sans inquiétude aucune de la présence des forces Sangaris et Misca présentes dans la ville, depuis des mois déjà.
Le prétexte "présence des Anti-Balaka" ne saurait camouflé davantage de tels horreurs, qui ne sont que des crimes de guerre causées par des bandits et criminels de grands chemins protégés par La France des Droits de l'Homme.
Jaurès en aurait dit quoi?

Henri GROTHE, de passage à Pretoria (Afrique du Sud).




Laisser un commentaire