Centrafrique : violence à Fatima, bilan provisoire toujours non conforme à la réalité.

Bangui le 29 mai Kangbi-ndara.net / Difficile d’avancer le chiffre exact des personnes tuées et blessées hier à Bangui. Des chiffres 60, 20, 15 et 10 sont encore avancés par diverses sources officielles et officieuses comme le bilan de l’attaque de l’Eglise Catholique de Fatima.

Jusqu’aujourd’hui le bilan humain de l’éruption d’un groupe de musulmans à l’Eglise Catholique de Fatima dans le 5e arrondissement reste inexact.

Radio International France (RFI) parle sur son site web d’ « au moins une quinzaine de morts et plusieurs dizaines de blessés ». RFI ajoute avec une probable possibilité d’alourdissement du bilan  qu’« Une source de la Misca, la force de maintien de la paix africaine, évoque quant à elle une vingtaine de morts. Un bilan qui pourrait s’alourdir car des combats se sont poursuivis dans la soirée ».

Le site français Le Monde.fr chiffre onze morts en citant le prêtre italien de l’Eglise Catholique de Fatima. Le site évoque trois autres décès après le raid des agresseurs. D’où un total de quatorze morts provisoirement

L’Agence France Presse (AFP) évoque pour sa part dix morts dont l’Abbé Paul-Emile Nzalé. Chiffre fondé sur les propos de l’Archevêque de Bangui Mgr Nzapalainga qui s’avère le plus fiable d’après les partages de l’article de l’AFP sur divers réseaux sociaux. Ce chiffre est repris par de nombreux sites africains et internationaux.

Le bilan le plus controversé est celui divulgué par le site Kangbi-ndara.net s’élevant à plus de soixante morts dont un abbé. Ce site tire officieusement sa source de la Croix Rouge centrafricaine.

Cependant, une autre source anonyme proche de la Cour Pénale Internationale affirme que le bilan même provisoire est considérablement lourd et elle estime à plus de cinquante le nombre de personnes tuées hier. D’après cette source, « il faut tenir compte des corps qui ont été  très vite enlevés et acheminés dans les quartiers par certains parents ».

Une source de MSF, Médecin sans frontière laisse entendre que c’est en cette fin de journée que l’on pourrait se faire une idée globale approximative du bilan d’autant plus que les environs quarante personnes kidnappées hier par les ravisseurs seraient tuées dans la nuit du 28 au 29 mai.

 

 

 

 




Laisser un commentaire