Centrafrique : Elle ose dire « OUI » au désarmement des musulmans et non musulmans

Bangui le 1er juin (Kangbi-ndara.net) / Elle affiche audacieusement sa couleur et la publie personnellement, à la face du monde,  sur son mur Facebook. Elle dit « OUI » au désarmement « marié » des musulmans et non musulmans dans la Capitale centrafricaine, à moins de soixante douze heures après la déclaration controversée de la Présidente Catherine Samba-Panza.

Gisele Bedan beautyElle, Gisèle Bedan ministre de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche scientifique, est l’une des courageuses autorités centrafricaines à se positionner sans ambages sur l’épineuse question du désarmement des détenteurs illégaux d’armes à Bangui. « Je m’inscris dans le OUI désarmer », lit-on sur son mur Facebook.

Dans le stimulus de son argumentaire, la ministre a souligné les enjeux du désarmement de toutes les parties en évoquant les cas d’  « innocents musulmans non armés » et de «  la  frange de la population innocente non musulmane et non armée ».

Le désarmement doit se faire en même temps, « tous doivent déposer les armes en même temps pour éviter le cycle de représailles. Un refus d’être désarmé dans tous les camps entrainera des conséquences fatales et déplorables. La logique du " on désarme l’autre avant moi " est un des problèmes, car chaque camp doit légitimement pouvoir se protéger, puisqu’une fois désarmé, il est à la merci de celui qui ne l’aura pas été », explique-t-elle.

« Désarmer dans notre esprit, c'est récupérer les armes lourdes et légères, mais qu'en sera t-il des armes blanches (que l'on pourra toujours se procurer sur les marchés) qui survivront au désarmement ? »,s'interroge la ministre.

Cette réaction intervient un jour après le refus des musulmans, de se faire désarmer par les forces internationales en Centrafrique  par peur d’être exposés aux vindictes populaires. Un refus exprimé hier par une manifestation pacifique  dans le 5e arrondissement de la capitale centrafricaine. Ils ont manifesté en opposition à la déclaration faite par la Présidente de la Transition Catherine Samba-Panza le vendredi 30 mai, dans la quelle est s’est engagé de tout mettre en œuvre pour que les 3e et 5e arrondissements de Bangui soient désarmés

Comments

comments




Laisser un commentaire