Centrafrique : et si la « fatwa » d’Abdoulaye Hissen serait derrière l’assassinat des milices de N’Daras ?

Kangbi-ndara.info / Doucement Lentement et Sûrement selon l'expression tant citée par l'ancien Président Ange-Félix Patassé, les assassinats crapuleux de ces derniers mois auraient un commanditaire.

hissenDe sources officieuses gouvernementales, l'assassinat des rebelles de Ali N’Daras aurait été commandité par l’ex-chef de guerre de la Convention des patriotes pour la justice et la paix (CPJP) Abdoulaye Hissen qui a installé ses quartiers entre la base "Jamaïque et les environs de la mosquée centrale ou il se pavane avec le tortionnaire de la célèbre Comité extraordinaire de la défense des acquis démocratiques CEDAD de Nouraddine Adam un autre va-t’en guerre dénommé Bachar.

En effet, de nos sources anonymes, pour punir l’Union pour la Paix en Centrafrique (UPC) de N’Daras d'avoir refusé de foncer sur Bangui en appui aux mercenaires de Nouraddine,  Hissen Abdoulaye a édicté une "fatwa". Le commando qui a intercepté les envoyés de N’Daras tandis qu’ils se rendaient à la base de la Sangaris aurait été mis en route par Hissen Abdoulaye pour une action punitive avec ordre d'exécution du groupe.

L’on fait porter le chapeau aux habitants de combattant. On sort et arme de gros calibres, des pics up dont une Toyota Prado appartenant à l’actuel Ministre des Finances Adhala Kadre. On assassiné pour les besoins de ĺa cause des innocents et s'en suit la destruction des magasins et autres biens de paisibles musulmans de Lakouanga et de Fatima.

IMG_1857Le présumé commanditaire, Hissen habile « petit» trafiquant de diamant, s’est converti au nouveau sport national véritable fonds de commerce: la rébellion armée. Sangaris et Minusca vont tolérer qu'un individu, fut-il marchand au Congo, au Tchad et à Doubaï, et un groupe de malfaiteurs se baladent avec des véhicules dotés d’armement lourd et terrorisant la population ?

Une fois de plus on voit les limites des mesures de confiance qui profitent aux bandits de narguer toute la nation centrafricaine

L’on signale déjà à répétition que des embryons de Résistance s'organisent désormais çà et là pour protéger les civiles et la population de Centrafrique. L'on parie également sur la précipitation de cette parodie d'élection exigée en lieu et place de la sécurité des centrafricains que le ballet des bagarres armées à chaque kilomètre puisque personne ne garantit la sécurité de personne.

Au nom de la responsabilité historique et le souci de la Vie, l’urgence pour un grand nombre c’est qu’il faille désarmer tous ces groupuscules qui se créent tous les jours .Le fonds de commerce du sang tourne à fond en Centrafrique. Les criminels ont les heurs de la république et de la communauté internationale.

                                                                             Le paradoxe centrafricain. Un pays à l'envers de la Raison et du Bien.

Chaperon Bleu

Comments

comments




Laisser un commentaire