Centrafrique : Jean-Félix Riva gère mal, le comité ad-hoc du CNJ doit démissionner

Kangbi-ndara.com / Les leaders des organisations de la jeunesse exigent la démission du comité ad-hoc du Conseil National Jeunesse (CNJ) jugé illégitime depuis un an afin d’organiser de nouvelles élections des membres du bureau exécutif de ladite structure.

image001Les représentants des associations de la jeunesse centrafricaine se sont unanimement mis d’accord, à l’issu d’une réunion d’urgence qu’ils ont tenue le 10 août 2014 à Bangui, de pousser les membres du comité ad-hoc du CNJ vers la porte de sortie en raison des dérives managériales constatées. Ces jeunes modèles de la jeunesse centrafricains ont par une manifestation dénoncé, le 12 août dernier à l’occasion de la célébration de la journée mondiale de la Jeunesse : la gestion  amicale et discriminatoire du bureau provisoire ;  l’illégitimité de dudit comité et le cumule de postes syndicales et politiques de certains membres pilotant actuellement le CNJ, notamment Jean-Félix Riva et Abdon Nadin Liango respectivement chargés de mission à la Primature centrafricaine et au Conseil National de la Transition (CNT).

Un des jeunes manifestants joint ce 14 août par Kangbi-ndara d’expliquer que les conduites de Jean-Félix Riva et d’Abdon Nadin Liango, désignés pour représenter les leaders des associations de la jeunesse au sein du comité préparatoire de la journée du 12 août, mis en place par le ministère centrafricain des Sports et de la Jeunesse, n’ont pas été tolérables. « Ils ne nous ont pas informé de l’avancé des travaux…Pour cette raison qui s’ajoute à bien d’autres, nous avons décidé de boycotter la célébration de cette journée », ajoute le jeune manifestant.

Un membre du bureau de cette structure phare de la jeunesse nationale, couvert sous l’anonymat, signale que le comité provisoire a utilisé à d’autres fins une bonne partie de quelques 100 millions de FCFA offerts, à titre de subvention, par l’UNICEF Centrafrique pour soutenir le projet « Ndara ti a masséka » (ndlr, talent des jeunes) visant à sensibiliser la jeunesse à Bangui et dans les villes de provinces centrafricaine sur la culture de la paix en cette période de crise. Cette activité n’a pas eu lieu dans l’arrière pays tandis qu’à Bangui quelques jeunes coptés par Riva et ses amis du CNJ avaient effectué des descentes dans certains sites de déplacés internes « mais cela ne justifie nullement le noir couvrant cet important financement », indique Hyacinthe Mesmin Pamessoua, chargé des techniques de l’information et de la communication au CNJ.

Contacté ce matin, Jean-Félix Riva, prenant les commandes du CNJ en Avril 2013 après l’abandon de ce poste trois mois avant par Christian Guenebem Dedizoum, a qui  l’on reproche un détournement de 40 millions destinés à l’organisation de la journée des martyrs centrafricains avant de se replier en France,  a laissé entendre qu’il très occupé aujourd’hui en raison de la passation de service entre l’ancien Premier ministre André Nzapayéké et le nouveau chef du Gouvernement Mahamat Kamoun. Toutefois, Riva promet de s’expliquer le plus tôt possible sur la question.

Johnny Yannick Nalimo

Comments

comments




Laisser un commentaire