Centrafrique : Joseph Bendounga décidé à porter plainte contre la Présidente et le Premier ministre

Diane LINGAGUE (centrafriquelibre.info) Le président du MDREC, Jospeh Bendounga et l’ancien ministre de la jeunesse ont été convoqués par le procureur de la République, hier pour répondre à des accusations de manipulations portées contre eux suite aux événements du 28 mai dernier.

Après son entretien avec le procureur, le président de MDREC a décidé de porter plainte contre la présidente de transition, le premier ministre et la ministre de la justice. Joseph Bendounga veut passer à l’offensive. Cette personnalité politique centrafricaine connue pour son courage veut contre attaquer après que le pouvoir l’ait accusé d’être parmi ceux qui manipulent la population. En effet, suite aux événements du 28 mai et après les réactions de rues enregistrées, la cheffe de l’État de transition et le premier ministre ont accusé des hommes politiques d’être à l’origine de ces troubles qui selon eux, avaient pour objectif de destituer le régime de la transition.

Deux jours après, le parquet de Bangui convoque l’ancien ministre de la jeunesse réputé proche de l’ancien président François Bozizé et le président de MDREC le populiste Joseph Bendounga. Hier au début de l’après midi, ces deux personnalités ont été entendues par le procureur de la République. Rien n’a filtré de ces entretiens mais de sources proches du parquet, ces deux hommes politiques sont accusés d’être des manipulateurs.

Il faut rappeler que Joseph Bendounga et Serge Bokassa étaient sur le terrain lors des marches qui ont suivi les massacres de l’église de Fatima. Ce serait par rapport à leur présence que ces deux personnalités ont été ciblées par les autorités de la transition centrafricaine.

Joseph Bendounga au sortir de son entretien avec le procureur de la République, a confié à la presse être décidé à porter plainte contre la chef de l’Etat Mme Catherine Samba-Panza, le premier ministre André Nzapayeke et la ministre de la justice Mme Godeuille.

Joseph_Bendounga190114300C’est un joseph Bendounga très remonté qui a fait ses menaces, reste a savoir comment le chef de MDREC va s’en prendre pour atteindre comme il le dit ces trois autorités. Jospeh Bendounga s’est réjouis du comportement du procureur de la République « il a été courtois avec moi et je me félicite de cela » a précisé le politique. L’ancien ministre de la jeunesse Jean Serge n’a pas été joignable pour répondre à nos questions.

Joseph Bendounga est l’un des rares politiques centrafricains à passer beaucoup de temps dans l’opposition. Pendant tout le règne de Bozizé, ce dernier s’est illustré dans l’opposition. Lors d’une rencontre avec François Bozizé sur les questions relatives aux élections de 2011, le président du MDREC avait tenu tête au chef de l’Etat qui l’a fait expulser de la salle.

Jospeh Bendounga avait été battu par les gardes de François Bozizé ce jour là. C’est avec la tête en sang que ce populiste a regagné son domicile. Au nom des accords de Libreville qu’il a signé au non de son parti, ce politique a participé au deux gouvernements que Nicolas Tiangaye a conduits. Le premier sous le règne de Bozizé et le second avec Michel Djotodia. Dans le gouvernement de la Séléka, Joseph Bendounga était connu comme un ministre qui ne se taisait pas.

Il dénonçait régulièrement les exactions des éléments de Djotodia. Ce sont ces prises de positions qui lui ont coûté son poste avant le départ de Michel Djotodia de la présidence.

Avec la décision de porter plainte contre la chef de l’État de transition, le premier ministre et la ministre de la justice, tout porte à croire que la guerre entre les autorités de la transition et Jopseh Bendounga est désormais officiellement déclarée. Catherine Samba-Panza et André Nzapayeke viennent de se fabriquer un redoutable ennemi politique.

 

Comments

comments




Laisser un commentaire