Centrafrique : la Minusca condamne l’embuscade contre les casques bleus

(RJDH)— Le Représentant Spécial du Secrétaire Général des Nations Unies et Chef de la MINUSCA, Général Babacar Gaye, a condamné jeudi 9 octobre l’embuscade contre les soldats du maintien de la paix vers PK11, à la sortie nord de Bangui. Selon Babacar Gaye, l’embuscade a provoqué la mort d’un soldat, alors qu’un autre a été gravement blessé et sept blessés.

10-09-Babacar_GayeL’embuscade a été tendue par des hommes armés encore non identifiés à la hauteur de PK11. Un soldat pakistanais est mort et plusieurs autres blessés.

Selon Babacar Gaye, les Nations Unies sont une organisation non partisane qui travaille avec l’ensemble des acteurs pour promouvoir la paix et la réconciliation en République Centrafrique.

« Mais nous continuerons de prendre des mesures robustes contre les criminels qui menacent les civils. Je rends hommage aux unités de police et militaires de la MINUSCA qui travaillent avec les autorités centrafricaines et aux cotés des Forces EUFOR et Sangaris, empêchant qu’une situation très difficile ne devienne hors de contrôle », a relevé Babacar Gaye.

Dans un communiqué de presse publié jeudi à Bangui, la Sangaris a relevé que « de nouveaux heurts ont eu lieu en milieu de matinée et dans l’après-midi du 9 octobre autour de PK 12, de l’avenue des Martyrs et du 3e arrondissement de Bangui. Des personnes civiles ont été victimes d’échanges de tirs, sans que l’on puisse déterminer l’origine exacte de ceux-ci. Des groupes armés incontrôlés ont également délibérément pris à partie la force à six reprises ».

D’après le communiqué, «la Force Sangaris, en étroite collaboration avec les autorités centrafricaines et en appui de la MINUSCA, est déterminée à maintenir le niveau de sécurité minimal auquel aspire la population à Bangui ».

C’est le premier soldat de maintien de la paix a trouvé la mort en Centrafrique, depuis le lancement officielle le 15 septembre des opérations des casques bleus. Cet incident intervient au moment où la capitale Bangui est replongée dans des violences, suite à la mort d’un ex-rebelle de la Séléka et un taximan./RJDH

Comments

comments




Laisser un commentaire