Centrafrique : les dénonciations d’un aide de camp du Premier ministre Mahamat Kamoun

Kangbi-ndara.com /  Un élément de la garde rapprochée du Premier ministre Mahmat Kamoun décide de faire tomber le voile sur leurs difficiles conditions de travail, qu'il qualifie d'une "brimade". Une réaction des plus inattendue.

sécuritéIl y a comme une sorte de fumigène qui monte dans l’environnement sécuritaire immédiat  du Premier ministre Mahamat Kamoun qui semble ne pas s’en rendre compte.

Naturellement, l’on dirait volontiers que les aides-camps et la garde rapprochée des membres du Gouvernement ont leur solde mensuelle versée par l’Etat mais enfin…suivons les confidences d’un élément de la sécurité du Premier ministre Mahamat Kamoun à Kangbi-ndara.com. La source a requis l’anonymat.

Galère

« Depuis que le nouveau Premier ministre Mahamat Kamoun a pris ses fonctions – sans peut-être le vouloir, je dis bien peut-être, il ne fait rien pour améliorer les conditions de travail et de vie des aides de camp et gardes rapprochés. Non seulement, on est aujourd’hui plus nombreux à assurer sa sécurité avec les anciens éléments de la Séléka qu’il a fait venir du KM 5 mais, nous sommes aujourd’hui plus que des robots…

Après avoir fini le boulot, il se rend chez sa femme au niveau des 17 villas et cela, parfois, jusqu’à une heure du matin. En tant que gardes rapprochés, nous sommes là à l’attendre jusqu’à ce qu’il finisse sans rien nous mettre sous la dent, c’est difficile.  On m’appelle avec considération  au quartier garde du corps du Premier ministre tandis que je ne  mange que mes propres intestins…

Ailleurs, les éléments rapprochés, mêmes, de simples ministres sont mieux traités mais chez nous, c’est la galère, la brimade, pas de recyclage, pas d’avancement, pas d’avantage quelconque en un mot la souffrance. Mais on se tait parce que l’Armée, ça ne parle pas, ça subit seulement la mort dans l’âme ».

Danger ?

Un autre militaire non loin du sillage du Premier ministre d’ajouter ce qui suit : « Aujourd’hui, il (le Premier ministre Kamoun) se croit peut-être à l’abri parce qu’il a fait venir en surnombre, d’anciens éléments de la Séléka repliés au KM 5. Mais c’est sa vision de la chose. Peut-être qu’il oublie aussi que souvent, le chien devient très mordant quand on lui refuse à manger. Et quand le feu sortira de l’eau, comment fera-t-il pour l’éteindre ? C’est la question que je me pose. Je crois que c’est le Premier ministre lui-même qui a dans le cas d’espèce des éléments de réponse.

Mais s’il pense que les autres doivent seulement assurer sa sécurité parce qu’il est ce qu’il est et qu’ils doivent en retour  manger leurs intestins pour assurer sa sécurité, un jour, le feu sortira de l’eau. Et ce serait bien dommage »».

Le Premier ministre Mahamat Kamoun est avertit.  Ceux qui assurent sa sécurité ne demandent que du pain et de meilleures conditions de vie sinon…


Khalif Abdoul

 

Comments

comments




Laisser un commentaire