Centrafrique : l’ancien ministre d’Etat Marie-Noëlle Koyara soupçonnée de détournement de 30 millions de Fcfa

Kangbi-ndara.com : Trente millions de Fcfa (30.000.000) seraient détournés par l’ancien ministre d’Etat en charge des Travaux Publics, de l’Equipement et de l’Aménagement du territoire, Marie-Noëlle KOYARA.

koyaraL’information a été donnée au site kangbi-ndara.info par un cadre du Trésor public centrafricain qui conçoit mal le fait pour Marie-Noëlle KOYARA jugée « intègre » par les uns et les autres, de se rendre coupable d’un tel détournement. Même s’il faut aujourd’hui lui accorder le bénéfice du doute ou encore mieux la présomption d’innocence, l’ancien ministre d’Etat aux travaux publics, devra justifier l’usage qu’elle avait fait des 40 millions de Fcfa à elle remis par le gouvernement.

De quoi est-il question ?

Dans le cadre de la réhabilitation des infrastructures routières de notre capitale, le gouvernement, précise notre source, avait instruit le Trésor Public centrafricain de mettre à la disposition du Ministère des Travaux Publics, de l’Equipement et de l’Aménagement du Territoire, la somme de 40 millions de Fcfa. Somme qui devrait servir, dit-on, au colmatage des nids de poule sur certaines avenues de la Capitale. L’argent en question, selon de sources proches du Trésor public centrafricain, avait été déchargé par le Directeur Administratif et Financier du département des travaux publics en deux phases de 20.000.000 millions Fcfa.

Les 40 millions Fcfa repartis en deux phases ont été remis à l’époque des faits par le DAF des travaux publics en mains propres à Mme Marie-Noëlle KOYARA qui, faut-il le rappeler, assumait les fonctions de Ministre d’Etat aux Travaux Publics. La somme encaissée n’est jamais arrivée à destination, c’est-à-dire à l’ONM (Office National du Matériel), qui devrait procéder au colmatage des avenues de la Capitale. Contactés à cet effet, certains responsables de l’ONM – par peur de perdre leurs postes, vu que Madame Koyara menaçait de les remplacer, se sont terrés dans un mutisme inquiétant et jouant même à l’étonnement. Sous cape, un cadre de l’ONM avouera que l’office n’a encaissé que 10 millions de Fcfa au lieu de 40 millions. Toujours selon ce cadre, l’ancien ministre d’Etat aux Travaux Publics avait organisé une réunion dans la salle de conférence du Fonds d’Entretien Routier sur cette question et a tapé du poing sur la table pour préciser à qui voulait l’entendre que la subvention accordée par le gouvernement à son Département n’était qu’un fonds politique qui n’a rien à voir avec les travaux de colmatage des avenues de Bangui. Et c’est à elle en tant que ministre de tutelle de décider de ce qui sera fait de cette somme. Naturellement et comme il s’agissait d’un « fonds politique » si on s’en tient aux propos de Mme Koyara, une sorte de petite Angolagate avec ses fonds politiques, 30 des 40 millions de Fcfa vont disparaître dans la nature. Ont-ils été détournés et par qui ? La question se pose et les langues se délient. Certains cadres du département des travaux publics qui avaient eux aussi très peur de révéler l’information veulent bien aujourd’hui que toute la lumière soit faite sur ce détournement de deniers publics destinés à une noble cause : celle de colmater les brèches des artères de la Capitale afin de faciliter la libre circulation des biens et des personnes.
Rendre compte

Si les faits tel que révélés par kangbi-ndara.info s’avéraient, il est clair que nous avions affaire, dans cette transition, à des personnalités politiques cupides, avides d’argent cherchant par tous les moyens à s’enrichir illicitement au détriment de l’intérêt général pour lequel ils sont censés œuvrer.

Marie-Noëlle KOYARA aujourd’hui promue à la Défense comme ministre d’Etat doit donc rendre compte de la gestion des 40 millions de Fcfa de subvention accordée par le gouvernement au ministère des travaux publics lorsqu’elle était à la tête de ce Département tant l’obligation de rendre compte n’est nullement la tasse de thé des autres .
Le premier ministre centrafricain Mahamat Kamoun se doit aussi de se saisir de cette information pour demander des comptes à Marie-Noëlle KOYARA aujourd’hui mise en cause par cette affaire de détournement des 30 millions de Fcfa.

Pendant que les Centrafricains meurent comme des mouches dans les hôpitaux devenus de véritables mouroirs, pendant que la morgue de l’Hôpital de l’Amitié – faute d’électricité n’est plus opérationnelle alors qu’on pouvait mettre du carburant dans le groupe électrogène pour garantir un repos décent à nos morts, pendant que des compatriotes continuent de dormir dans les « ledgers » alors qu’ils ont besoin ne fut-ce que de quelques dizaines de tôles pour reconstruire leurs maisons détruites, une telle somme pourrait faire leur affaire n’est-ce pas ?

 Claironner à longueur de journée que les caisses de l’Etat sont désespérément vides, tendre la main de mendiant vers la communauté internationale et se voir dire par la suite que des ministres de la République se rendent coupables de détournement de fonds publics, c’est plus que suicidaire

Fin de la conversation

Chantal Kpemsèrè

 

Comments

comments