Centrafrique : l’armée française attaque les positions de l’ex Séléka à Batangafo, plusieurs morts et blessés

Kangbi-ndara / « Un convoi de six véhicules de la force française Sangaris et huit véhicules des Anti-Balaka …avec le soutien de deux avions types mirages et deux hélicoptères, ont ouvert le feu sur les éléments … » a dénoncé le bureau politique de l’ex Séléka dans un communiqué publié ce 04 août 2014 par le bureau politique de ce mouvement militaro-politique, signataire de l’accord d’un cessez-le-feu en Centrafrique.  

hélico françaisDans ce communique, le bureau politique de l’ex Séléka se dit surprise de la conduite des troupes françaises contraire aux accords de la cessation des hostilités signées à Brazzaville le 23 juillet dernier. Le bureau politique de l’ex Séléka signale dans ladite note plusieurs pertes en vies humaines et de nombreux blessés suite à la brusque attaque des soldats français appuyés par certains miliciens Anti-Balaka en provenance de la Ville de Bouca en direction de la Ville Batangafo (Nord-Ouest), où les combats opposent depuis quelques jours des combattants Séléka au miliciens Antibalaka.

« Nous prenons l’opinion nationale et internationale à témoin sur ces agressions contraire à la lettre et l’esprit de l’accord de Brazzaville et exprimons notre étonnement par rapport à l’attitude de l’Etat centrafricain et des forces internationales présentes en RCA qui  n’ont en aucun moment condamné ou dénoncé ces agressions », conclut le communiqué.

Ndlr: la complexité de la situation est telle que ne nombreux lecteurs souligneraient l'incohérence des munitions qui seraient distribuées aux éléments de l'ex Séléka à Bambari par un Colonel de la Sangaris et l'attaque de Batangafo. Seuls les faits fururs apporteront des précisions.

 

Comments

comments




Laisser un commentaire