Centrafrique : l’ART ou la vache à lait de la Séléka ?

Centrafrique Libre / Décidément la Séléka n’ aura pas fini de nous étonner. Alors que cette nébuleuse bande armée avait fait de la justice son crédo avant de s’emparer du pouvoir en 2013, la Séléka est en train de mettre en coupe réglée la dernière entreprise  génératrice  de revenu du pays après avoir mis hors d’usage l’administration centrafricaine.

 

saboneMais où est passé le Directeur général de l’ART? En effet le tchadien Moussa Sabone grand habitué des missions secrètes de la séléka est porté disparu depuis un mois et demi. Centrafrique libre qui a constaté son absence n’a pas réussi à avoir des informations sur sa destination.

Selon nos informations ce monsieur s’ illustre comme un véritable pigeon voyageur depuis qu’il est à la tête de cette institution juteuse. ses absences prolongées se sont accentuées depuis le départ de ses mentors Nourredine Adam et Michel Djotodia. D’après des sources concordantes L’ART qui génère beaucoup de bénéfices grâce à la bonne santé financière de quelques sociétés de la téléphonie de la place est devenue une vache à lait pour la Séléka et risque de couler si on y prend pas garde.

 Le directeur général Sabone a de sources dignes acheté un véhicule de marque Range Rover première main depuis novembre 2013 pour la modique somme de 40millions de FCFA aux frais de l’ART. Nous ignorons à l’heure actuelle la destination de ce 4X4 qui était sensé être sa voiture de commandement. Se trouve t-il au Tchad, son pays natal? l’a t-il mis à la disposition de Nourredine Adam à Birao? We don’t know, Est ce son mentor le sanguinaire Djotodja qui se la coule douce à Cotonou grâce à ses amis français qui en fait usage? Sûrement pas puisque ce dernier est devenu milliardaire grâce au sang des centrafricains et qu’il est désormais capable de se procurer des voitures neuves.

Et ce n’est pas fini. grâce au DG l’ART, la vache à lait de la SELEKA fournit gratuitement le téléphone à tous ces chefs sanguinaires. AinsiDjotodia, Nouredine utilisent encore depuis leurs exils dorés des téléphones payés par les pauvres contribuables centrafricains. AbakarSabone, Mahamat Ousmane, Moussa Dhaffane, Abdoulaye Hissen… se font payer leurs factures téléphoniques par l’ART. Selon nos informations au mois d’aout 2014, soit 8 mois seulement pour l’année en cours, la note téléphonique de ces princes autoproclamés s’élevaient à presque 400millions de FCFA( 260mille€).

Là où le bât blesse c’est que les autorités de la transition du moins l’exécutif est au courant de cette sordide affaire. D’ailleurs une enquête a été diligentée dans cette institution par l’inspection générale d’Etat il y a deux mois. Centrafrique Libre s’étonne donc que l’expérimenté et ancien premier ministre Gabriel koyangbonou qui est inspecteur général d’Etat, ne soit pas mis au parfum de ce triste dossier.

Notons que le ministère des postes et télécommunications est piloté depuis l’arrivée du PM Nzapayèkè par un Séléka et repris de justice sous le magistère de Bozizé, M. Abdallah Kadre qui est également  le cousin germain de l’actuel premier ministre M. Mahamat Kamoun. La présidente Catherine Samba-Panza vient de nommer son cousin germain et également repris de justice l’ex ministre Michel Koït, président du conseil d’administration de cette entreprise où « il y a à manger« .

 Moustapha Sabone, tchado-canadien est  le secrétaire général de la Séléka. Il serait  devenu centrafricain  par la complicité du sanguinaireDjotodia qui rêvait d’installer une République islamique en Centrafrique alors que les musulmans représentent moins de 10% de la population et qu’ils ne sont pas tous Séléka.  Nommé directeur général par le sanguinaire déchu, il a été confirmé par Catherine Samba-Panza dont l’ appartenance à cette nébuleuse bande armée ne fait plus aucun doute. Sabone après avoir détruit les restes de l’administration centrafricaine avec ses complices, est depuis  DG de l’ART. La direction nationale de la BEAC  est aussi tenue par Ali Shaibou  tandis que  l’ARSP(Pétrole) est aussi occupée par un autre Séléka. Sans compter le martiniquais Néris  »Massi » désormais refoulé par la nébuleuse séléka et qui est à la tête de la direction générale de l’Asecna. Tous ces Séléka boys ont été maintenus en poste après le départ du sanguinaireDjotodia. Affaire à suivre

Wilfried Maurice SEBIRO

Comments

comments




Laisser un commentaire