Centrafrique : le cadavre d’un prêtre assassiné exhumé dans le Nord

Assassiné par un groupe d’hommes armés et enterré incognito par les criminels  le jeudi 17 avril, le cadavre de Christ Formane Wilibona curé de la paroisse de Paoua dans le diocèse de Bossangoa n’a été retrouvé par les habitants de la région que 48 heures après.

exhumerPlus d’un millier d’habitants du Centre-Nord centrafricain ont marché samedi dernier  avec implosion vers les villages Gbangba et Bavara situés sur l’axe Bossangoa-Paoua pour ramener le cadavre de Chris Formane Wilibona abbé et prêtre à Paoua abattu par un groupe d’hommes armés assimilés aux ex-combattants de la Séléka a expliqué Moye Bernadette à Kangbi-Ndara (KN) le 20 avril.

D’après certains membres de la Paroisse de Paoua et proches du feu Chris Formane contactés le 20 avril par KN, le prêtre a reçu mortellement trois balles, l’une dans la jambe droite, l’autre dans le dos et une autre dans la nuque. Les criminels ont après l’acte refusé à toutes personnes habitantes les villages environnants de s’approcher du corps inanimé du curé.

Plausiblement alertés, un jour après, de la pression faite par le Diocèse de Bossangoa auprès du commandement des forces Sangaris déployées dans cette localité pour que le dépouille du curé soit récupérée et enterrée conformément aux principes religieux mais aussi de la tension montante dans la ville de Paoua, les tyrans se sont retirés après avoir eux-mêmes enterré le corps  du responsable catholique non loin de l’endroit du forfait.

Fouillant à l’endroit indiqué par les témoins du meurtre,  la foule mobilisée dans la matinée pour ramener vaille-que-vaille la dépouille de l’abbé à Paoua n’a pu retrouver le tombeau provisoire de Chris Formane Wilibona que dans l’après midi du samedi du 19 avril.  Les habitants ont déterré le corps avant de l’acheminer à Paoua pour un enterrement définitif le 20 avril à 3 heures du matin.

Personne ne connait toujours pas les raisons de cet acte meurtrier. Toutefois les habitants de ces localités ont rappelé que d’autres hauts responsables religieux catholiques notamment l’évêque de BossangoaMgr Nongo Azabia et trois autres prêtres ont été enlevés dans la région par des ex combattants puis relâchés un jour avant l'assassinat de l'abbé Chris Formane Wilibona.

Abrahame Tikoli

 

 

 

 

 

Comments

comments




Laisser un commentaire