Réaction : les grandes interrogations de Sylvain Sami sur la crise centrafricaine

Nouvelle image59

 

 

 

 

 

 

 

 

Mes chers compatriotes,

Vu le regain de violence ces jours ci, la situation ne peut plus perdurer ainsi, car une  partie de la population est toujours en exil dans les pays limitrophes, et en Centrafrique, d’autres sont encore dans une situation humanitaire catastrophique. Certains cherchent  à quitter le pays, et meurent en chemin ou se font tuer.

Nous constatons avec désolation qu’à ce jour les actions prises par le gouvernement de transition et la communauté internationale ainsi que  les résultats escomptés ne sont pas assez satisfaisants. 

Où va-t-on ?

Avec un bilan néfaste de la situation centrafricaine, où le Conseil National de Transition de  par son silence et  son absence de rappel à l’ordre, cautionne un exécutif fantôme, inefficace dans ses prérogatives, dont des soupçons de  détournement de deniers publics pèsent sur certaines personnalités,

Avec des partenaires qui veulent bien nous aider en octroyant des fonds à la Centrafrique, mais hélas qui ne passent pas par la case transaction bancaire pour une meilleure transparence,

Avec certains leaders politiques et acteurs de la société civile complices de ces plans macabres,  pour  protéger leurs propres intérêts, ou pour prendre le pouvoir par les armes en incitant et  manipulant la jeunesse centrafricaine,

Avec une diaspora dispersée, incohérente,  tantôt aidante et tantôt pyromane,

Avec l’entrée de la force internationale,  le 15 septembre 2014 dans le jeu du chat et de la souris, qui attend avec patience que la  partie du jeu de Monopoly engagé par les Maîtres  soit terminée et qu’on leur donne, le top pour réellement rétablir la sécurité (désarmement) dans son ensemble. Mais à quand ?              

Un proverbe dit : « On n’est jamais si bien servi que par  soi-même »

Pour qu’une réalisation soit conforme à nos attentes, le meilleur moyen d’y parvenir est de l’accomplir nous-même.

Je dis non à toute forme de manipulation et instrumentalisation, demande à tous les acteurs de la transition de se ressaisir, de prendre des décisions courageuses, de mettre fin à la souffrance du peuple Centrafricain.

Je demande également à la force internationale qui s’est engagée, de mener des actions urgentes pour rétablir la sécurité dans le pays, de protéger la population et de procéder aux désarmements de gré ou de force de tous les belligérants sans distinction. (Cf. la résolution des Nations Unies…)

Dans le cas contraire, nous continuerons d’assister  à une escalade de la haine, de la violence, de meurtres, avec une transition sans fin et des conséquences désastreuses pour tous.                                                                                         Attention !!!  Si un soulèvement populaire armé s’active ?

Les centrafricains  sont exaspérés de ces ennemis de la nation et veulent simplement avoir la Paix.

J’appelle la population à observer le calme, à ne pas s’exposer aux scènes de pillages ou de violences perpétrées par ces bandes armées et groupuscules instrumentalisés  qui ne veulent  en aucun cas un retour à la paix, malgré les multiples pseudo- accords et dialogues entrepris.

Vive la jeunesse, Vive le peule et Vive la république Centrafricaine !

 

« ALLONS DE L’AVANT»

AVEC MONSIEUR SYLVAIN SAMI POUR L’AVENIR DE LA CENTRAFRIQUE.

 Candidat d'union et de réconciliation aux élections Législatives et Présidentielles Centrafricaine 2015

http://http://www.presidencerepublique.sitew.fr/#Programme_Politique.A

Comments

comments




Laisser un commentaire