Centrafrique : le soleil se couche sur Samba-Panza

Kangbi-ndara.com / La pluviométrie est mauvaise sur le régime politique transitoire centrafricain. Accusé de malversations financières, d’amateurisme et…,  la Présidente Catherine Samba-Panza(CSP), plus isolée que jamais,  est appelée à Démissionner.

catherine-samba-panza-1Depuis mardi 7 octobre 2014, la capitale centrafricaine connait un regain de violences faisant plus d'une dizaine de morts dont un officier Pakistanais portant le brassare de l'ONU (Organisation des nations unies). Une situation qui resserre dubitativement l’étau autour du pouvoir politique centrafricain. Difficile d’estimer jusqu’à quand perdurera la Transition en cours.

En plus, d’être lâchée par ses paires de la sous région en occurrence par  SEM Denis Sassou Nguesso, de l’affaire bruiteuse du don angolais qui a scotché bon nombre de centrafricains, deux réactions des plus inattendues viennent assommer la Transition en Centrafrique.

Entre autres réactions cette semaine, les Anti-Balaka et l’ex-Séléka se sont distinctement prononcés sur la démission immédiate de la Cheffe de l’Etat Catherine Samba-Panza qu’ils jugent incompétente de mener à bien les missions qui lui sont assignées à savoir : restaurer la paix et la sécurité, réconcilier les centrafricains de tous bords et organiser les élections démocratiques en République centrafricaine.   

Des rumeurs attestent que les exigences des bandes armées auraient son effet du fait que la Présidente serait prête à rendre son tablier volontiers. Qu’il ne serait que question de temps. Qu’elle aurait déjà sollicité auprès du Président béninois Boni Yayi l’hospitalité à titre d’exile à l’instar de son prédécesseur Michel Djotodia.

D’autres voix plus discrètes estiment que le récent voyage de Christelle Sappot, fille de CSP, à Yaoundé au Cameroun serait d’évaluer l’état d’avancement des travaux d’une villa, de la Présidente, en construction afin de l’occuper si nécessaire.

Contactés, certains habitants proches  de la résidence de CSP, dans le 7e arrondissement, d’indiquer que la Présidente passerait la nuit dernière en lieu sûr à l'Ambassade de France pour certains et à la base militaire aéroportuaire de M’Poko sous protection des forces étrangères pour d'autres. Une information que refuse de confirmer une source proche de la présidence de la République joint au téléphone ce matin vendredi.

Devant ce climat politique crépusculaire, les réactions des autorités de Transition se font bigrement attendre. Ce mutisme temporaire poussent de nombreux internautes centrafricains à déduire que : « le pouvoir est vacant en Centrafrique ».

Même si la décrépitude du régime de CSP n’est pas un sujet à débattre pour de nombreux centrafricain, il est fort possible que la Présidente ait encore une dernière carte à jouer !

Johnny Yannick Nalimo

Comments

comments




Laisser un commentaire